Page 1 sur 1

Photographie des couleurs

Posté : jeu. 18 janv. 2018 10:21
par Bernard Ladroue
:Hello:
Je viens de dénicher un livret traitant de la photographie en couleur (2ème édition), rédigé par l'abbé A Graby, curé de Malange (Jura).
Dans cet ouvrage, probablement peu commun, l'auteur commence par une communication envoyée à l'Académie des sciences le 18 avril 1900. Il présente "un nouveau mode simple et si facile qu'il est à la portée de tout le monde, même des enfants".
Ce mode repose sur l'association de deux images, et non trois, l'une prise au travers d'un écran rouge orangé sur une plaque sensible à l'orangé pour tout ce qu'il y a de rouge dans le sujet, l'autre derrière un écran bleu sur une plaque sensible au vert pour ce qu'il y a de bleu et de vert dans le sujet. L'auteur décrit la préparation des plaques, la méthode de développement. Il dit aussi que les deux épreuves, une fois montées sur le support adéquates peuvent être lu en stéréoscopie. Il décrit par ailleurs la méthode pour associer deux tirages papier sur le même support.
Voici donc la trace d'une des recherches menées avant que les frères Lumières ne proposent l'autochrome.

Re: Photographie des couleurs

Posté : jeu. 18 janv. 2018 11:10
par Arnaud SAUDAX
:Hello: Depuis le début des recherches sur la couleur, il y a eu de très nombreuses propositions pour faire de la bichromie... Même Polaroïd avait proposé un procédé à deux couleurs. L'ouvrage de l'abbé Graby est sans doute très intéressant. Que préconise-t-il comme appareil pour la prise de vue.

Re: Photographie des couleurs

Posté : jeu. 18 janv. 2018 17:28
par Bernard Ladroue
:Hello:
Pour l'appareil de prise de vue, je cite :
" Si l'on emploie un seul objectif, les appareils à magasin ne sont pas pratiques, car il est difficile d'y loger convenablement les écrans... Il faut donc une chambre noire à soufflet et à mise au point"
Il préconise même la confection du filtre orange avec une recette assez simple.

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 19 janv. 2018 14:32
par Jacques LAL

Re: Photographie des couleurs

Posté : sam. 20 janv. 2018 17:23
par Bernard Ladroue
Merci Jacques pour ces liens.

Concernant le premier document
Il évoque en premier les travaux de Louis Ducos du Hauron qui déposa un brevet le 23 novembre 1868 sous le titre "Les couleurs en photographie : solution du problème". Constatant que les recherches sur une substance unique pouvant reproduire les couleurs ne peuvent aboutir, il expose le principe des trois couches pour le bleu, le vert et le rouge. (Un très beau fac-similé de son brevet est disponible auprès de l'INPI).
Ensuite, on peut lire un extrait de l'ouvrage de l'abbé Graby et de sa méthode en deux couleurs. Je pense que cette méthode n'est pas aussi simple à mettre en œuvre que le prétend l'auteur...

:Hello:

Re: Photographie des couleurs

Posté : sam. 20 janv. 2018 17:49
par Michel Perie
:Hello: les coloristes,
Si vous souhaitez en savoir plus, sur les travaux de Louis Ducos du Hauron, vous pouvez parcourir :
https://l-ducosduhauron.jimdo.com/
L'excellent site d'un passionné rencontré sur les bourses du Sud-Ouest : René DREUIL, basé dans le Tarn et Garonne à BOE (47).

Re: Photographie des couleurs

Posté : dim. 21 janv. 2018 17:38
par Bernard Ladroue
:Hello: Merci Michel pour ce lien !

Re: Photographie des couleurs

Posté : jeu. 7 juin 2018 22:55
par GC COPPEL
Bonsoir,
Rappelons que la premiere version du tres fameux st respecte Kodachrome etait basee sur une bichromie. De plus, chose remarquable, l'emulsion reine de l inversible y compris dans sa version trichrome, etait en fait N&B. La complexite du traitement du Kodachrome etant precisement liee a l'adjonction de trois colorants dans le process, contrairement aux autres inversibles. La trichromie n set absoluement pad indispensable a in rendu convenable des couleurs,meme si c est finalement plus facile!

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 8 juin 2018 04:56
par Arnaud SAUDAX
GC COPPEL a écrit : La trichromie n'est absolument pas indispensable à un rendu convenable des couleurs, même si c'est finalement plus facile!
:Hello: Tout dépend de ce que l'on considère comme "convenable"...
Compte tenu de son utilisation absolument universelle, on peut quand même penser que c'est la meilleure solution possible... :turlututu:

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 8 juin 2018 06:09
par Renaud LAEMMLI
Arnaud SAUDAX a écrit : absolument universelle
:Hello: On ne sait pas ce qui se fait sur Krzbtnghth, planète habitée située à 84 milliards d'années-lumière de chez nous ! :turlututu:
J'aimerais bien voir le rendu d'une photo en bichromie... :gratgrat: :Tchin:

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 8 juin 2018 09:38
par Francois B
une planete sans voyelle, çà donne pas envie d'y aller...

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 8 juin 2018 10:21
par Renaud LAEMMLI
c'est mon côté germanique (et gutural...) :mrgreen:

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 8 juin 2018 21:30
par GC COPPEL
Convenable signifies "regardable" sans se dire " hopala, il manque qq chose"....le fait que la trichromie soit depuis lors revenue LA reference est du a sa simplicite. Avoir un rendu convenable" encore une fois est tout a fait possible en bichromie, mais c est bcp moins facile at an trichomie surtout dans une perspective industrielle. Ainsi s'explique le passage du Kodachrome de 2 a 3 couleurs, autant que l abandon des autres
procedes bichrome comme celui de cet abbe.
out

Re: Photographie des couleurs

Posté : sam. 9 juin 2018 05:13
par Arnaud SAUDAX
:Hello: Cette conclusion me laisse perplexe... Il me semble plutôt que c'est sa simplicité qui était le seul intérêt de la bichromie. C'est en tout cas ce que dit l'abbé Graby. Le choix de ses colorants était aussi dû à leur facilité d'obtention, sans aucune recherche colorimétrique. De plus, comment l'utilisation de trois couleurs (quatre en quadrichromie) pourrait-elle simplifier un procédé n'en utilisant que deux.
Je pense que le vrai problème vient de la faculté du cerveau d'interpréter une image en fonction de ses connaissances acquises. Dés les premiers temps du daguerréotype, certains se sont persuadés que dans certaines conditions d'examen on pouvait voir les couleurs du sujet... De même pour les procédés au sous-chlorure d'argent qui fournissait (temporairement) des couleurs dans l'image, plutôt que des photos en couleur... :gratgrat:

Re: Photographie des couleurs

Posté : sam. 9 juin 2018 06:01
par Renaud LAEMMLI
:Hello: Il me semble, mais je ne suis spécialiste de rien, si ce n'est des questions à la con, que la supériorité de la trichromie peut être démontrée de façon mathématique : si on mélange trois couleurs (a, b, c) en proportions variables on obtient (a x b x c) = un nombre de nuances possibles. Avec deux couleurs le résultat mathématique est moindre. La perception que l'on en a est autre chose, le cerveau étant capable de (presque) tout, y compris produire des hallucinations...

En imprimerie on a effectivement rajouté du noir, pour des raisons de rendu : trois encres superposées donnent une couleur indéfinissable plus proche du marron crados que du vrai noir théorique.

Quelqu'un ici a-t-il un exemple à montrer de bichromie ? :Tchin:

Re: Photographie des couleurs

Posté : dim. 10 juin 2018 05:50
par Arnaud SAUDAX
:Hello: On peut voir sur YouTube des extraits du "Roi des rois" de Cecil B.DeMille tourné en 1927 en bichromie.
Les deux couleurs choisies sont le rouge et le cyan. Les tons chair et les verts ne semblent pas très bien rendus...
La bichromie a été utilisée durant 25 ans par le procédé Technicolor...

Re: Photographie des couleurs

Posté : dim. 10 juin 2018 19:58
par GC COPPEL
Deux couleurs pour rendre "toutes" les couleurs est un exercice plutot délicat, comme le montre les exemples. Le moindre écart dans l'une des deux couleurs fait passer en particulier les tons chairs dans le monde du martien malade ou chinois tres hepatique (donc pas simple). La trichromie couvre (presque, en tous les cas) une bcp plus grande plage de tolerances un spectre immense. La trichromie est bien plus simple à maitriser que la bichromie de ce fait, laquelle "ne pardonne pas". Bon exemple du film cité...Si l'on ajoute le fait que l'industrie de la couleur a besoin d'un systeme, à la fois performant, stable et fiable, la trichromie devient une evidence, et oui, elle est bcp moins casse-tete, casse-pieds et et casse plin d'autre trucs que l'equilibrisme plutot exigeant représenté par la bichromie. Ceci dit, on peut aussi en trichromie faire des martiens graves hepatiques et des chinois verdatres!

Re: Photographie des couleurs

Posté : dim. 10 juin 2018 20:13
par GC COPPEL
En imprimerie offset, où le CMJN sont le pain et le beurre de la couleur, on fait souvent un "soutien au bleu" dans le noir (un minimum de 15% de bleu dans le noir) pour avoir des Dmax confortables. Ce qu'on appelle le "noir quadri" integre le noir, car en effet la simple adjonction du CMJ meme en aplat est loin des standards optiques. C'est particulièrement vrai pour les impressions retro eclairées ( abri bus etc...) tres nombreuses aujourd'hui, que l'on imprime recto + verso (avec un jeu de films a l'envers) pour avoir un Dmax acceptable à l'oeil. Là, meme le cerveau le plus accomodant et imaginatif/correcteur fait "beurk"...cela se voit quand les affiches pour des raisons de coûts evidents ne sont imprimée "que recto" (souvent des association caritatives)...

Ps : CMJN = Cyan Magenta Jaune Noir, les couleurs primaires dans l'imprimerie et dans nos imprimante à jet d'encre...
Dmax = Densité maximale. C'est à dire l'opacité qui donne le noir lors de la projection ou de l'affichage rétro-éclairé.
(A.S.)

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 17 août 2018 16:53
par Etienne G
Bonjour

Pour l'histoire vous pouvez encore acquérir l'ouvrage Trichromie auprès du Club Niepce Lumière

Lors du développement du cinéma couleur, des technique de bichromie ont été développées afin de faciliter la prise vue et le montage de film pour la projection en couleur.
Pour les puristes, la conservation des couleurs originales se fait par la recomposition trichrome (utilisé en imprimerie couleur depuis toujours)
On doit les premières recherches sur la bichromie à William Norman Lascelle Davidson. Ce militaire anglais y laissera sa fortune et sera dénigré par les scientifiques.
En 1906, en Allemagne, Georges Albert Smith reprend l'idée pour développer le cinéma couleur dont le principe prend le nom de Kinematograph
Dans les années 30, les principes sont repris par la société Chroma et par le chercheur allemand Staeble

Pour le cinéma couleur, la prise de vue trichrome ou bichrome permettait de filmer avec de la pellicule noire et blanc.
Après développement, les pellicules était recollée ensemble en y incorporant des filtres couleurs.
On peut imaginer les difficultés technique à recoller 3 films différent en juxtaposant en continue les 3 images provenant des 3 prises de vues.
Avec la bichromie l'exercice était plus facile.

Re: Photographie des couleurs

Posté : ven. 17 août 2018 19:54
par Frédéric SEC
Bonsoir,
Sorti en 1948, La Belle Meunière de Marcel Pagnol et Max de Rieux a été tourné en trichromie avec le procédé Rouxcolor.
Le procédé utilisait des caméras et projecteurs conventionnels pour le défilement, mais chaque objectif comportait en réalité quatre mini objectifs dont trois étaient filtrés R V B formant quatre images sur une image 35 mm 4 perforations.
Le procédé a été abandonné à cause de la trop grande déformation de la pellicule à l'époque qui faisait baver les couleurs en projection.
Les personnes qui restauraient ce film dans les années 80 étaient obligées de reproduire pratiquement chaque image en réajustant à chaque fois la position des quatre mini objectifs.
Maintenant pfff, une formalité chers amis.

Frédéric.