le Dodécagraphe D [CADOT]

Merci de lire le Post-It
Jean Paul P
Messages : 553
Enregistré le : mar. 27 oct. 2009 16:17
Contact :

le Dodécagraphe D [CADOT]

Message non lu par Jean Paul P »

Je suis en train de déménager. C'est l'occasion de découvrir des objets , livres dont on ne soupçonnait même pas l'existence...
J'ai la curiosité d'ouvrir et feuilleter en vitesse les nombreux vieux bouquins qui encombrent des rayons de mon garage, un volume orphelin de

" La Science Moderne Revue Hebdomadaire illustrée de Vulgarisation e t d'Enseignement moderne scientifiques........" deuxième semestre 1892 s'est ouvert sur une page consacrée au ''Dodécagraphe D., je l'ai scannée et converie en avec un OCR en ligne, le voici:






A TRAVERS L'EXPOSIT1ON DE PHOTOGRAPHIE







Le Dodécagraphe. — Le pied-canne. — L'Universel.
L'Express.

Dans l'exposition de M.Cadot nous remarquons une chambre à magasin appelée par le constructeur « le Dodécagraphe D.

Elle est munie de 12 plaques 9X12 contenues chacune dans un étui, comme nous l'avons déjà indique pour la photo-jumelle. Ces étuis sont nécessaires dans tous les appareils à magasin afin de protéger la plaque contre les rayures.
Et d'abord, que préférer entre une chambre pliante et une chambre à magasin ?
Nous n’hésitons pas à choisir la dernière et cela pour plusieurs raisons. Tous ceux qui ont fait de la photographie en plein air savent que les déboires ne leur sont pas épargnés au moment du développement. Il arrive presque toujours, quels que soient les soins apportés à la confection des châssis, que plusieurs clichés se trouvent perdus par des coups de lumière partant des coins de la plaque, à moins que ce ne soit du milieu; et l’on a du remarquer que les clichés ainsi mis hors de service sont généralement les plus précieux, ceux que l’on ne peut recommencer. Avec un appareil à magasin, rien de pareil n'est à craindre. Il est en effet très facile de mettre un tel appareil à l’abri des coups de lumière, et cette condition est généralement remplie même dans les chambres à bon marché.
En outre l'appareil a magasin est toujours prêt à fonctionner. Un mouvement très simple change la plaque et l’on peut opérer de nouveau. Il n’est pas jusqu'a sa forme carrée qui ne le rende plus apte à pointer sur l'objet,
lui donner une position bien horizontale sur l'une de ces faces et bien verticale sur la face perpendiculaire. Ceci est, comme on voit, très important des qu'il figure des maisons on simplement des arbres dans la vue à photographier. Si la condition de verticalité n'est pas remplie, on ne peut remédier Ià la défectuosité de l'image qu'en la rognant de tous côtés de telle façon qu'il ne reste plus que la partie centr.ale.
On m'objectera que les appareils magasin remplis de plaques sont lourds et encombrants. Je répondrai à cela, que c'est là un de leurs grands avantages. Il me suffira pour le faire comprendre de citer ici un passage (d’une conférence faite à la Société française de photographie par l'éminent praticien, M. Londe :
« Et tout d'abord, est-il possible de réduire au minimum le poids de l’appareil sans compromettre la netteté générale de l’image? L'expérience est la pour nous





répondre.
En photographie posée, on a reconnu l’inconvénient des chambres ou des poids trop légers que le moindre souffle d'air fait remuer. Que sera-ce alors lorsqu'il s'agira d'un appareil tenu par l'opérateur, appareil dans lequel fonctionne l’obturateur commande par un ressort puissant et qu'il faut declan¬cher an moment voulu par la pression du doigt? Avec un appareil leger et Faction du doigt qui n'est pas toujours mesurée, l'effet de réaction, au moment du fonctionnement de l’obturateur, a une action perturbatrice qui est loin &etre négligeable.
Nous sommes tout-à-fait de cet avis; un appareil instantané sérieux doit présenter une masse suffisante, et j’ajoute qu'on doit l'appuyer solidement contre soi-même afin que l'appareil et l'operateur ne fassent, au mo¬ment du déclanchement, qu'un seul et même corps solide. II est évident qu'on pourra réussir avec un appareil pliant; mais pour qui vent être sûr d'obtenir des résultats certains, rien n’est comparable à l'appareil magasin.
Nous considérons que l'un des plus sérieux est le Dodécagraphe que nous représentons

Fig. 27. — Pied-canne (Cadot) en aluminium.
figure 28. Le constructeur parait s'être ingéniai à lui donner tous les perfectionnements possibles. Tout d'abord l'objectif est muni d'un diaphragme iris dont la manœuvre se fait de l'extérieur de l'appareil par le parasoleil qu'il suffit de tourner sur lui-même. C'est
une excellente disposition s'opposant toute entrée intempestive des rayons lumineux, inconvénient qui ne se présente que trop souvent dans les diaphragmes iris ordinaires. Ajoutons que le parasoleil est gradue en fonction du foyer de l'objectif. Nous ne sau¬rions pas que cet objectif est excellent dans le Dodecagraphe le meilleur marche, que nous le supposerions en voyant avec quel soin le côte mécanique est traite. .le ne me figure pas en effet un constructeur entourant de tout de soins un objectif de pacotille. Au reste on peut demander le Dodécagraphe avec des objectifs de prix, comme ceux de Zeiss.
Passons maintenant a la manœuvre de l'appareil après la première pose. II s'agit de changer la plaque et d'armer l'obturateur. Les deux opérations se font d'un seul coup, en moins d'une seconde. II suffit de tirer à soi une planchette et de la repousser. C'est cette manœuvre que représente la figure ci-dessus.

Fig. 28. — Le Dodecagraphe.(elle a disparu pendant le cpoier coller... :gratgrat: )


Bien plus nous saurons toujours si la plaque qui se trouve en place a posé ou non. Ceci n'est pas un mince avantage. Une fois le changement de plaque opéré, il peut arriver que le mauvais temps on tout autre raison vous force à interrompre la série de vos opérations. Il arrivera alors qu'au bout d'un cer¬tain temps, vous ne saurez plus, avec un autre appareil, si vous avez ou non change la plaque. Dans celui-ci vous n'aurez qu'à regarder un petit guichet, celui qui correspond à la lettre P de la figure. Si la plaque a posé vous le reconnaitrez immédiatement en ce que l'initiale P du mot pose occupera le guichet en question. Si au contraire la plaque est vierge de toute image, le guichet sera vide. Le voudrait-on, on ne pourrait se tromper.
"À chaque jour son contre pet"
Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 15262
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Contact :

Re: le Dodécagraphe D [CADOT]

Message non lu par Sylvain Halgand »

BOnjour

peux-tu m'envoyer les scans par mail ?
-
Répondre

Retourner vers « Espace Documentation »