Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Que ce soit par souci de préserver l'original ou pour partager via internet, vous êtes nombreux à (vouloir) numériser vos photographies anciennes (tous supports). Partagez ici vos trucs, vos demandes d'aide etc ... (sur une idée de Jean Vigne)
Avatar du membre
Nicolas S
Messages : 35
Enregistré le : mer. 29 août 2018 14:12

Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Nicolas S » mar. 24 sept. 2019 08:29

Bonjour,

Voilà un peu plus d'un an que j'utilise un scanner Epson V800 pour scanner mes négatifs 35mm et moyen format. J'en suis globalement satisfait, mais sans grande illusion sur les limites de cet outil. Avec une résolution optique effective plafonnant à 2400 ppi, difficile d'envisager des tirages ou impressions au-delà du format 20x30 cm pour de la pellicule 35mm. Et puis surtout, à ce niveau de résolution, il faut faire le deuil du grain argentique qui apparaît au mieux sous la forme d'une granulosité molle et sans relief.

J'ai finalement décidé de tenter l'expérience de la numérisation avec mon reflex numérique, un Canon 5D MarkIII, auquel j'ai associé un Canon EF 100mm f/2.8 Macro acheté d'occasion pour le prix d'un scanner d'entrée de gamme. Avec ses 22,3 Mpx, mon boitier est théoriquement capable d'atteindre une résolution de 4064 ppi pour un négatif "photographié" avec un rapport de reproduction de 1:1.

J'ai donc monté mon 5D sur la colonne préalablement inversée de mon pied, vérifié la planéité à l'aide d'un niveau, placé un négatif dans le passe-vue de mon scanner sur une table lumineuse, effectué les réglages nécessaires pour qu'une vue en 35mm occupe la totalité du cadre et j'ai finalement déclenché avec le miroir relevé et le retardateur sur 10 secondes (temps nécessaire pour stabiliser les mouvements parasites).

La prise de vue a été réalisée à une ouverture de f/8 garantissant des performances optimales en terme de piqué et d'absence de vignetage et d'aberrations chromatiques (voir test DXOMARK). J'ai évidemment effectué cette prise de vue au format RAW. Le dématriçage a été réalisé sur DxO Photolab 2 en appliquant uniquement les corrections du module optique. Le fichier de sortie est un TIFF 16 bits.

Le scan a quant à lui été réalisé avec Silverfast 8.8, en positif noir et blanc 16 bits à 2400 ppi. Le fichier de sortie est un négatif en TIFF 16 bits.

Les deux images ont ensuite fait l'objet d'une inversion et d'un rééquilibrage de niveaux sur Photoshop. Aucun renforcement de la netteté n'a été appliqué.

Voici les résultats que j'ai obtenus :

Je précise en préambule que la limitation de 800 pixels pour la publication des photos sur le forum, ne rend pas totalement justice à ce comparatif, dont les résultats sont nettement plus éloquents avec des images de plus grande taille (je peux donner un lien de téléchargement pour les personnes intéressées).

La vue que j'ai choisie pour ce comparatif a été prise avec un Canon Eos3 et un objectif EF 16-35mm f/2.8 sur du film Kodak TX400. C'est une photographie d'une œuvre de street art présentant des contrastes modérés, une large gamme de tons moyens et des détails intéressants.

La vue d'ensemble permet déjà d'entrevoir une image sensiblement plus piquée avec le 5D. Bonne surprise en revanche, la dynamique et les nuances sont globalement semblables, ce qui tend à confirmer les bonnes performances de l'Epson V800 dans ce domaine. Il faudrait toutefois pousser l'essai un peu plus loin avec une photo beaucoup plus contrastée.

Image

Sur cette seconde vue comparative issue d'un recadrage à 100%, l'avantage de la numérisation avec le 5D et l'objectif macro est indiscutable. L'image est beaucoup plus détaillée et le grain argentique de la Kodak TX400 est bel et bien visible. Même si c'est assez subtil, la dynamique semble un peu meilleure avec le 5D dans les valeurs les plus sombres.

Image

Outre un gain flagrant en terme de résolution, ce procédé présente plusieurs avantages par rapport à la numérisation avec un scanner à plat :

1. L'avantage de la maitrise de la mise au point

L'un des gros inconvénients des scanners à plat, c'est l'absence d'autofocus et même de focus tout court. Epson a cherché à remédier à ce problème en mettant des entretoises mobiles sur ses passe-vues (c'est le cas sur le V800), ce qui permet un peu d'ajuster la mise au point. Mais ça reste très insatisfaisant et perfectible. Bilan : à une résolution relativement basse vient s'ajouter une mise au point approximative, ce qui contribue à donner l'impression que les détails fins et le grain sont perdus dans un léger voile flou. Bien sûr, avec un peu de distance et pour des petits formats, ça reste très bon. Mais dès qu'on s'approche ou qu'on tente des tirages proches de la résolution native du fichier, la déception est au rendez-vous.

Le gros avantage de la numérisation avec un reflex et un objectif montés sur un support stable (idéalement un statif de reproduction), c'est qu'on peut ajuster la mise au point de manière très fine, l'idéal étant de se caler sur un aplat gris et de faire la netteté sur le grain. Le résultat est incomparable.

2. Une meilleure tolérance aux poussières et petits défauts sur le négatif

J'avais lu ce test qui parle notamment de cet avantage de la numérisation avec un appareil photo. En effet, il semble bien que les poussières, poils et autres "pétouilles" soient beaucoup moins visibles qu'avec un scan. Cela tient probablement au fait que le rétroéclairage est moins fort avec une table lumineuse.

En conclusion :

Je vais bien sûr poursuivre ces essais en peaufinant mon installation et en investissant peut-être dans un statif de reproduction. Mais je suis d'ores et déjà séduit et convaincu par le gain spectaculaire en termes de résolution. Je ne vais pas pour autant revendre mon Epson V800 dont les bonnes performances en termes de dynamique sont mise en évidence par ce test. Pour des numérisations courantes et à la volée, le scanner à plat est indiscutablement plus pratique et rapide. Je vais donc réserver la numérisation avec mon boitier reflex aux photos destinées à être tirées en grand format ou imprimées.

Je suis intéressé par votre avis, vos critiques éventuelles et les retours d'expérience des personnes qui ont déjà tenté ce procédé.

Avatar du membre
Patrick FOURNERET
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 893
Enregistré le : dim. 21 déc. 2008 10:54
Localisation : Franche-Comté

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Patrick FOURNERET » mar. 24 sept. 2019 13:26

Bravo Nicolas pour ton travail et toutes les indications fournies :boing:
Pour ce qui est de la définition des images il faut que je retrouve la charte qu'avait publiée Scuadra sur son site (il semble que pour l'instant il ne fassent plus de tirages en ligne (?) :gratgrat:
En effet, plus le rapport de grandissement est grand, par exemple du 24 x 36 en 30 x 40 et au-delà, plus la définition en dpi doit diminuer. Partant du principe qu'on regarde un grand tirage de loin et que c'est donc l'impression d'ensemble qui doit dominer. En revanche pour un petit tirage, comme on a le "nez dessus" la définition doit être plus importante (300 est la norme pour l'imprimerie).
Donc même si on a un fichier numérique énorme, il faudra l'adapter à la taille de l'image finale souhaitée, en terme de dimensions et de dpi.

J'espère avoir été clair... :gratgrat: Si je retrouve je modifierai mon message.
Patrick Fourneret
Besançon, ville de naissance des frères Lumière et pas seulement de Victor Hugo !
Comtois rends-toi, nenni ma foi ! Bourguignon ? Pas question !!

Avatar du membre
Nicolas S
Messages : 35
Enregistré le : mer. 29 août 2018 14:12

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Nicolas S » mar. 24 sept. 2019 14:30

Patrick FOURNERET a écrit :
mar. 24 sept. 2019 13:26
plus le rapport de grandissement est grand, par exemple du 24 x 36 en 30 x 40 et au-delà, plus la définition en dpi doit diminuer. Partant du principe qu'on regarde un grand tirage de loin et que c'est donc l'impression d'ensemble qui doit dominer. En revanche pour un petit tirage, comme on a le "nez dessus" la définition doit être plus importante (300 est la norme pour l'imprimerie).
Donc même si on a un fichier numérique énorme, il faudra l'adapter à la taille de l'image finale souhaitée, en terme de dimensions et de dpi.
Merci Patrick pour cette précision. Je n'ai plus les valeurs en tête, mais j'avais effectivement vu ça également. Les 300 dpi en sortie ne sont évidemment pas nécessaires pour un tirage que l'on va regarder à un mètre de distance, voire davantage encore.

Mais au stade de la numérisation, j'ai envie de dire "qui peut le plus, peut le moins". En d'autres termes, en essayant de tirer le maximum de mes négatifs en les numérisant plein cadre avec un rapport de reproduction 1:1, je m'assure un résultat de qualité pour les agrandissements et a fortiori pour les petits formats.

Avatar du membre
Patrick FOURNERET
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 893
Enregistré le : dim. 21 déc. 2008 10:54
Localisation : Franche-Comté

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Patrick FOURNERET » mar. 24 sept. 2019 15:51

J'ai retrouvé :boing: rien ne se perd...
Fichiers joints
Tirages_Résolution_fichiers.JPG
Sur le site de Scuadra -disparu- ?
Tirages_Résolution_fichiers.JPG (49.63 Kio) Vu 170 fois
Patrick Fourneret
Besançon, ville de naissance des frères Lumière et pas seulement de Victor Hugo !
Comtois rends-toi, nenni ma foi ! Bourguignon ? Pas question !!

philippe fene
Messages : 204
Enregistré le : lun. 9 sept. 2013 07:07
Localisation : oise

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par philippe fene » mer. 25 sept. 2019 06:33

Bonjour,

Concernant l'absence de réglage de la map sur le V800 celle-ci est réglé en usine comme sur tous les scanners ou photocopieurs équipés d'objectifs, et si ce réglage est bien effectué, je ne vois quelle serait l'avantage d'une map à la condition évidemment que le négatif soit toujours dans le même plan.

Le réglage de la map est toujours possible pour le sav si celui-ci veut s'en donner la peine :)

Pour moi la présence de la vitre est l'obstacle principal à une numérisation optimale, mais quand je vois le prix d'un Canon Mark III plus un 100 mm macro je me contente d'un scanner ou je passe à l'agrandisseur pour le n et b :)


Philippe

Avatar du membre
Nicolas S
Messages : 35
Enregistré le : mer. 29 août 2018 14:12

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Nicolas S » mer. 25 sept. 2019 07:08

philippe fene a écrit :
mer. 25 sept. 2019 06:33
Concernant l'absence de réglage de la map sur le V800 celle-ci est réglé en usine comme sur tous les scanners ou photocopieurs équipés d'objectifs, et si ce réglage est bien effectué, je ne vois quelle serait l'avantage d'une map à la condition évidemment que le négatif soit toujours dans le même plan.
J'imagine effectivement que le focus des scanners à plat Epson fait l'objet d'un réglage en usine. Je maintiens néanmoins que ce réglage est très imparfait, probablement parce qu'Epson est contraint de trouver un compromis acceptable, permettant d'assurer une mise au point moyenne tant pour des documents opaques posés à même la vitre que pour des négatifs surélevés de quelques millimètres (épaisseur du passe-vue). Si la mise au point en usine était parfaitement adaptée à la numérisation des négatifs, je suppose qu'Epson ne se serait pas donné la peine d'intégrer des entretoises mobiles sur ses passe-vues.

Je ne suis d'ailleurs pas le seul à avoir noté cette faiblesse des scanners à plat. Les scanners dédiés aux négatifs font généralement beaucoup mieux en terme de mise au point.

Mais tu as raison, la présence de la vitre est un obstacle de taille.
philippe fene a écrit :
mer. 25 sept. 2019 06:33
quand je vois le prix d'un Canon Mark III plus un 100 mm macro je me contente d'un scanner ou je passe à l'agrandisseur pour le n et b :)
Je suis totalement d'accord avec toi. D'une part, cette méthode alternative au scanner s'adresse plutôt aux personnes qui possèdent déjà une partie au moins du matériel nécessaire. Je te rassure, je n'ai pas acheté un 5D MarkIII dans le but de faire de la numérisation de négatifs ! Dans ce cas, autant investir dans un scanner à négatifs pro ou semi-pro. D'autre part, et cette question revient souvent, la numérisation ne remplacera jamais le tirage à l'agrandisseur.

S'agissant de l'appareil utilisé, il n'est pas nécessaire d'avoir un 5D MarkIII non plus. Un reflex APS-C ou un bridge avec un capteur bien défini feront l'affaire. Ce qui importe en revanche, c'est de disposer d'une (vraie) focale fixe macro autorisant un rapport de reproduction de 1:1. L'avantage des boitiers plein format, c'est qu'en une seule prise de vue, on couvre la totalité d'une pose 35mm.

Avatar du membre
Nicolas S
Messages : 35
Enregistré le : mer. 29 août 2018 14:12

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Nicolas S » jeu. 26 sept. 2019 16:02

Patrick FOURNERET a écrit :
mar. 24 sept. 2019 15:51
J'ai retrouvé :boing: rien ne se perd...
Merci ! Je n'aurais pas imaginé m'écarter des 300 dpi dès le format 30x30.

Disons que ce sont des valeurs qui donnent une idée de ce qu'on peut tenter en termes d'agrandissement numérique d'une photo avant de la faire tirer ou de l'imprimer. Mais aller jusqu'à 180 dpi impose quand même de préparer un peu son image et de prévoir un renforcement des micro-contrastes pour améliorer la netteté perçue.

Daniel Lico
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 28
Enregistré le : lun. 22 août 2016 11:19

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Daniel Lico » ven. 27 sept. 2019 12:20

Très intéressant et merci pour la description complète du processus et l'analyse des résultat.
Lors de discussions avec une personne avertie, ingénieur dans le domaine de l'optique, le scanner a plat est très intéressant pour les documents opaques pour sa rapidité de mise en œuvre. Par contre, effectivement un bon objectif macro sur un appareil numérique plein format permet une meilleure définition.
Je suis en possession d'un dos numérique imacon à réviser et d'un mamiya Afd avec l'adaptateur idoine. Mon intention est de reproduire d'ancienne plaque de verres selon la méthode décrite.
Juste par expérimentation.
Il me faut un petit délai pour réaliser se souhait.
Merci de d'avoir partagé votre expérience, cela ne peut que m'être utile.
A+

Avatar du membre
Nicolas S
Messages : 35
Enregistré le : mer. 29 août 2018 14:12

Re: Essai de numérisation de négatifs avec un reflex numérique

Message non lu par Nicolas S » sam. 28 sept. 2019 04:45

Merci beaucoup Daniel pour ce retour positif.

Je dois dire que ça fait d'autant plus plaisir que la publication de mon retour d'expérience s'est heurté à une réaction un peu hostile sur un autre forum consacré à la photographie argentique. J'ai l'impression que lorsque des amateurs s'aventurent en dehors des sentiers battus, sans doute de manière imparfaite et tâtonnante (ce dont on peut parfaitement discuter), ça ne plait pas à tout le monde. Personnellement, il m'importe peu de savoir si cette technique est "académique" ou pas. Je m'en tiens au seul résultat.
Daniel Lico a écrit :
ven. 27 sept. 2019 12:20
Je suis en possession d'un dos numérique imacon à réviser et d'un mamiya Afd avec l'adaptateur idoine. Mon intention est de reproduire d'ancienne plaque de verres selon la méthode décrite.
La taille physique du capteur est un atout considérable. Quelle est sa définition ?

Il me semble également important de disposer d'une focale fixe macro, homogène et sans distorsion.

Répondre

Retourner vers « Traitement numérique des photos anciennes »