BREAKING NEWSVisionneuse [hanimex] par Claude Marius | Signaler les erreurs des page... par jean paul henri bernard | Détective inconnu par Weber jean francois | Demande d'adhesion par ROCHEVALIER Michel | Présentation par Sylvain Halgand | Grell rio 1927 par Sylvain Halgand | [financé] central-photo (1963) par Sylvain Halgand | Présentation par Jacques Bratieres |
Nikon EM favori envoyer imprimer
Photo(s) de Sylvain Halgand et texte de Sylvain Halgand. Propriété de Sylvain Halgand
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Nikon Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : Japon
Fabriqué de 1979 à (Postérieur à) 1984.
Indice de rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 11614

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Nikon EM



La création du EM était pour Nikon un moyen de démocratiser ses appareils et de mettre fin à la gamme Nikkormat. Sans rien renier de la qualité de fabrication, il fallait sortir un appareil plus abordable financièrement (la barre était de 2000 francs de l'époque pour la France), en encore moins cher que le FM, et qui puisse séduire.

La séduction :

On dit que Nikon s'est adjoint les services d'un designer venant de chez Ferrari pour dessiner le boîtier.

Le prix :

Nikon développa une nouvelle gamme d'objectifs, les E. A la sortie de l'EM, trois objectifs E étaient disponibles : 1,8/50 mm, 2,5/35 mm, 2,8/100 mm. La monture est du type AI, en polycarbonates. Le 50 mm, bien qu'à 6 lentilles, est très plat.
Il n'y a pas de mémorisation de l'exposition, ni de test de profondeur de champ.
La taille du boîtier est réduite, ce qui fait que certains éléments sont si petits qu'ils deviennent difficiles à utiliser. C'est le cas du compteur de vues.
Prisme, verre de visée ne sont pas interchangeables. Le moteur MD-E qui peut se connecter au boîtier est limité à 2 images par seconde.

Le maintien des performances :

Automatisme avec choix préalable de l'ouverture. La vitesse choisie par le posemètre est affichée à gauche du viseur (très clair). Le posemètre couvre, à 100 iso, la plage 1 seconde à f/2 jusqu'à 1/1000 à f/16. La cellule est au silicium. Elle est unique, située au-dessus de l'oculaire. Le mode de mesure est pondéré avec une légère prédominance du bas de l'image.

L'obturateur va du 1/1000 à 1 seconde. L'allumage de la cellule se fait en pressant à demi le bouton du déclencheur. S'il ne se passe rien pendant les 30 secondes qui suivent, le posemètre est coupé.

L'alimentation de l'appareil est assurée par deux piles à l'oxyde d'argent. La sur-exposition et les vitesses lentes sont indiquées par un léger bip-bip non débrayable. Il y a un correcteur d'exposition (petit bouton argenté en façade) non variable (+2 IL)





Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced