BREAKING NEWSBessa r par Jean-Pierre Fantone | Des idées pour un appareil vi... par Jean-Pierre Fantone | [minolta] pièces srt101 par Laurent Th | Présentation par Jacques MAR | Bonjour à tous par Jacques MAR | [chinon] auto gx rouge par Jacques MAR | Autre souci de nettoyage : fu... par matthias kay | Meru le 1 octobre et gometz l... par Sylvain Halgand |
Nikon M35-S favori envoyer imprimer
Photo(s) de JPG et texte de JPG. Propriété de JPG
UK English version

Chronologie de la marque Nikon Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication : Japon
Fabriqué de 1976 à 0.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 11619

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Nikon M35-S
Deux boîtiers : à gauche en 39 à vis, à droite en K


Contrairement aux stars MD et MDa de chez Leitz, et même aux petits PEN F et FT d’Olympus, les appareils photo scientifiques de chez Nikon PhotoTechnical, exclusivement dédiés aux prises de vue au microscope, sont méconnus du milieu des collectionneurs.
Je connais plus d’un nikoniste inconditionnel et compétent, qui ignore jusqu’à leur existence.
Ces boîtiers, appelés aussi « Microphotographic DARK BOX », sont en fait rarement rencontrés et la documentation à leur sujet semble quasi inexistante.

Il faut dire ici, que beaucoup de scientifiques leur préféraient des reflex NIKON mécaniques classiques ( F par exemple ) , dont certains possédaient des caractéristiques techniques bien adaptées.

Ces appareils reprennent la ligne générale octogonale, des superbes télémétriques de la marque.
 
Le M-35S, fait suite au M-35 et sera suivi par du M-35A, lequel sera motorisé.
 
Ce M-35S permet de travailler, au choix, en demi-format (18x24) ou plein format (24x36).
Un sélecteur permet de choisir le format voulu et d’en changer, même en plein milieu d’un film et pour une seule photo. Un volet mécanique permet le demi-format lorsqu’il est fermé.
Le M-35 ne permettait pas le demi format.

Il ne possède ni obturateur, ni cellule. Il doit être accouplé aux systèmes d’adaptateurs  MICROFLEX de NIKON, pour travailler. Ces adaptateurs sont d’une qualité de fabrication remarquable et pèsent leur kilo d’acier.
 
Il possède en fait, un levier d’armement, un sélecteur de format, un déclencheur ( utile uniquement pour éviter les surimpressions involontaires ) et un volet hermétique mais coulissant qui permet, en le fermant après une séance de prise de vues, d’enlever le boîtier du système, alors qu’une pellicule entamée reste dans l’obscurité totale de la « Dark Box ».
Le dos possède une ouverture classique pour l’époque et il possède un classique bouton de rembobinage à manivelle.

Etrangement, deux des boîtiers présentés ici, et deux MICROFLEX sont en monture « 39 à vis ». Mon étonnement vient du fait que Nikon n’a jamais utilisé cette monture, pourtant très répandue, sur ses boîtiers…sauf celui-ci ! Seules des optiques seront produites et vendues à des fabricants de boîtiers télémétriques.
Le troisième boîtier est en monture k. Il ne s’agit pas d’une évolution de la monture puisque le numéro de série du « k » se situe entre les deux « 39 à vis ».

Il existe plusieurs modèles de MICROFLEX.
Le plus ancien, mais aussi le plus intéressant est le type PFM. Il s’agit d’un véritable système photographique :

  • obturateur mécanique à armement manuel de 1 seconde au 1/250ème de seconde + B + T
  • déclencheur pour déclencheur souple > idéalement double, pour synchroniser le déclenchement du boîtier
  • oculaire 1/2X
  • oculaire coudé à miroir, avec mise au point micrométrique
  • viseur avec cadre, croix de centrage et divers repères optiques.

Il n’y a pas d’objectif dans le système. Il est monté sur le microscope  ( souvent sur une tourelle possédant plusieurs objectifs en fonction des grossissements souhaités ) côté lame ou objet à étudier.

Présenté aussi dans cette page, deux MICROFLEX AFM.
Ceux-ci, plus récents, sont automatisés et reliés à une centrale par un câble DIN multibroche.
L’obturateur reprend les mêmes performances que sur le PFM, mais devient électrique. Il possède une cellule interne qui va mesurer la lumière produite par l’image microscopique.
La gamme MICROFLEX est étendue afin de satisfaire une demande très spécialisée.
Un système de chambre Polaroid était même disponible.

Personnellement, je trouve ce domaine de la photo spécialisée, en particulier médical, fort intéressant.
Hors des Canons ( !!! ??? ) habituels, on trouve souvent dans cette « niche » du matériel très original et de haute qualité.

Oui, bien sûr ! S’harnacher d’un M-35 et de son Microflex pour la promenade dominicale relève au mieux de l’originalité…
On aurait vite fait de vous accuser de chercher la petite bête…

Plus sérieusement, pourquoi ces M-35 ne seraient-ils pas adaptés à l’astronomie ?
A suivre sur le forum…

Nikon M35-S
monture K
Nikon M35-S
En 39 à vis avec son optique ; volet ouvert.
Nikon M35-S
les 3 boîtiers et les 2 MICROFLEX
Nikon M35-S
Trois boîtiers





Si Ebay ne trouve pas de correspondance, il vous affichera une liste aléatoire d'objets. Si le nombre de résultats est faible, alors, il complète automatiquement l'affichage. Les voies d'Ebay sont (parfois) impénétrables.


Nouveaux objets Nikon sur EBAY FRANCE France

Nouveaux objets Nikon sur EBAY ROYAUME-UNI UK
Nouveaux objets Nikon sur EBAY ALLEMAGNE Allemagne
Nouveaux objets Nikon sur EBAY ETATS-UNIS USA