BREAKING NEWSNouveau arrivé par derphil | De retour.... par derphil | Présentation de thierry f par derphil | Re présentatio par derphil | Bonjour par derphil | Photothon par Sylvain Halgand | Nouveautés 2019 par Sylvain Halgand | Soufflet rouge, mais lequel? par Sylvain Halgand |
Konica Koni Omegaflex M favori envoyer imprimer
Photo(s) de FC et texte de FC. Propriété de FC
UK English version

Chronologie de la marque Konica Nouvelle fenêtre

Historique de la marque Konica Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : Japon
Fabriqué de 1968 à 0.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 12515

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Konica Koni Omegaflex M



Cet appareil à l’allure un peu étrange (c’est aussi le cas des autres appareils de la gamme) mais qui ne laisse pas indifférent, a été mis sur le marché en 1968 ; il disparaît des catalogues au milieu des années 70. Il est commercialisé par KONICA qui s’est associé à la marque OMEGA des frères Fred et Rudolph Simmon quelques années auparavant.

Cet appareil plutôt destiné aux photographes professionnels est un bi-objectif au format 6X7 cm. Il reprend une partie des éléments des boîtiers de la marque commercialisés antérieurement en particulier ceux du « KONI OMEGA M » comme par exemple les dos amovibles, le déclencheur, la poignée (accessoire en option)…

Outre son volume important il accuse un poids d’environ 2,5 kg en ordre de marche avec son objectif de base. Cet appareil présente la particularité de ne pas être un boîtier reflex (TLR). Lorsque que l’on regarde sur le dépoli, l’image cadrée est inversée de droite à gauche (comme sur tous les TLR) mais en plus elle est renversée. Seuls les habitués à l’utilisation d’une chambre photographique ne seront pas déconcertés. Pour une plus grande facilité d’utilisation un miroir externe peut être mis en batterie pour obtenir une image non renversée. Avec cet accessoire, cet appareil peut être considéré comme un reflex ce qu’il n’est pas par construction de base. Comme les 6 x 6 bi-objectifs fabriqués par Mamiya, la platine porte objectifs est amovible. La manipulation est aisée et deux doigts sont suffisants pour verrouiller ou déverrouiller la platine.

Quatre objectifs étaient proposés avec ce boîtier. Reconnus pour leur qualité tout à fait comparable à celle des grandes marques concurrentes (Rollei, Hasselblad) ; la gamme se compose des objectifs suivants :

 

58 mm          f : 5,6 (8 éléments en 7 groupes)
90 mm          f : 3,5 (formule optique Tessar à 4 éléments)
135 mm        f : 3,5 (6 éléments en 5 groupes)
180 mm        f : 4,5 (5 éléments en 4 groupes)

Chaque platine possède, pour l’objectif de prise de vue, un obturateur Seiko offrant des vitesses d’obturation de 1 seconde au 1/500 ème de seconde (plus la pose B). L’obturateur est synchronisé à toutes les vitesses pour les flashs M ou X. Un parasoleil télescopique est présent sur l’objectif de visée. La platine du 135 mm, dont l’utilisation est plus particulièrement recommandée pour les portraits, présente la particularité de comporter un diaphragme dans l’objectif de visée ce qui permet d’apprécier la profondeur de champ plus aisément .La mise au point se fait classiquement en tournant le gros bouton situé sur le côté droit du boîtier vu de face. Associée au bouton, on trouvera une échelle de profondeur de champ pour les focales de : 58,90,135 et 180 mm. L’armement et l’avancement du film sont couplés. C’est la translation horizontale (aller/retour) d’une réglette métallique solidaire du dos qui assure cette fonction. Un système de volet métallique (qui interdit la prise de vue s’il est présent sur le dos) permet le changement de film pendant une séance de prise de vues. Il existe deux types de dos ; le type 120 qui permet la réalisation d’une dizaine de vues et les dos de type 220.
Quelques accessoires ont été proposés pour cet appareil, on peut citer :
 

· un viseur loupe,
· un viseur à 45°
· une platine rigide pour augmenter le tirage de 20 mm afin de faire des prises de vues rapprochées pour des petits sujets (plusieurs pouvant être associées pour faire varier le tirage).
· une poignée fort utile pour une utilisation à main levée.)

Mentionnons encore deux dispositifs particulièrement astucieux :

En fonction du tirage de la platine porte-objectifs un cadre mobile se déplace sur le verre dépoli pour prendre en compte les erreurs de parallaxe introduites par le décalage de l’objectif de prise de vue par rapport à l’objectif de visée. Le système est d’autant plus nécessaire que l’entraxe entre les deux objectifs est  important, ce qui est le cas ici. En effet cet entraxe est d’environ 7 cm alors que sur un 6X6 classique il est en moyenne de 4 cm.

Un dispositif à levier soulève le presse-film lorsque que l’avancement du film est commandé par l’action de la réglette métallique, ce qui en facilite la manœuvre et évite de rayer le film.

Cet appareil atypique semble avoir eu une diffusion assez confidentielle en Europe où il est difficile de le trouver en bon état. Vous aurez plus de chance de le croiser aux USA.

Konica Koni Omegaflex M

Konica Koni Omegaflex M

Konica Koni Omegaflex M

Konica Koni Omegaflex M





Si Ebay ne trouve pas de correspondance, il vous affichera une liste aléatoire d'objets. Si le nombre de résultats est faible, alors, il complète automatiquement l'affichage. Les voies d'Ebay sont (parfois) impénétrables.


Nouveaux objets Konica sur EBAY FRANCE France

Nouveaux objets Konica sur EBAY ROYAUME-UNI UK
Nouveaux objets Konica sur EBAY ALLEMAGNE Allemagne
Nouveaux objets Konica sur EBAY ETATS-UNIS USA