BREAKING NEWSPages existantes à finir par Weber jean francois | Matériels développement films. par Arnaud_bzh | Des idées pour un appareil vi... par Jean-Pierre Fantone | Bon annivesraire michel !!! ... par Michel Perie | Photographies anciennes par Marie-Lyne L | Sortie des vieux appareils par Bernard Muraccioli | Nom du fabricant des echoflex par jean paul Royer | Je suis qui... par Jacques MAR |
Richard Jules Verascope F40 favori envoyer imprimer
Photo(s) de AS et texte de AS. Propriété de AS
UK English version

Chronologie de la marque Richard Jules Nouvelle fenêtre

Historique de la marque Richard Jules Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication : France
Fabriqué de 1941 à 0.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 16025

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Richard Jules Verascope F40
(N° 133101 - Le 133ème, d’octobre 1941). Objectifs "Som Berthiot Paris Flor 1:3,5 F=40 Bté 272764 et 272774". Cette variante se caractérise par l’absence du dispositif permettant d’armer l’obturateur sans avancer le film.


La "Rolls Royce" des appareils stéréo...

Le corps est en alu moulé, et la platine et le capot sont en laiton chromé. Les deux objectifs Flor Berthiot de 40mm F:3,5 sont fixés sur une platine rectangulaire, elle-même vissée au corps de l'appareil. Entre les deux objectifs, il y a deux molettes dont l'une permet de sélectionner la vitesse et l'autre l'ouverture.
Sur le corps, une molette permet de sélectionner le mode Mono ou Stéréo, mettant en place un volet obturant la chambre de droite et modifiant l’avancement du film. L'armement est couplé à l'avance du film.


Le format d’image est de 24 x 30 mm, permettant d’intercaler les vues de deux couples successifs avec un écartement des objectifs de 64 mm, ce qui correspond à la distance moyenne des yeux.
La mise au point se fait jusqu’à 50 cm avec télémètre couplé.

Il y a un écrou de pied au pas du Congrès.

Livré de 1941 à 1957. Chaque appareil comporte un N° de série gravé à l’intérieur entre les deux fenêtres images. Les trois derniers chiffres indiquent la date de livraison, les deux premiers étant le mois, le troisième, auquel il faut rajouter 1940 ou 1950, donnant l’année... Le nombre restant devant étant le N° de série.
 

Richard Jules Verascope F40
Vue arrière montrant le volet pour faire du mono, ainsi que l’absence de la table de profondeur de champ
Richard Jules Verascope F40
Ajout d’une table de profondeur de champ devant la molette de mise au point. - Gravure des distances en pieds pour l’exportation aux USA
Richard Jules Verascope F40
Il y eut très peu de variations dans l’évolution des Vérascope 40 : Adjonction d’un mécanisme permettant d’armer l’obturateur sans avancer le film. On se demande quel intérêt avait ce dispositif en photo stéréoscopique. Curieusement, l’existence de Vérascope 40 dépourvu de ce mécanisme n’est signalée par aucun ouvrage...


Description du Verascope dans Photo-Revue (1945) par J. Cousinet, Ingénieur aux Etabts Richard :

AVANT-PROPOS

Le Vérascope 40 et son stéréoscope inverseur sont maintenant connus du public amateur, et le but de cet article n’est pas de les décrire une fois de plus. Mais précisément parce que les photographes sont à même de juger à l’oeuvre et de critiquer aujourd’hui ce matériel, il ne paraît pas inutile, aprés avoir entendu les témoins à charge, de donner la parole à la défense, c’est-à-dire au constructeur, pour lui permettre de justifier les solutions qu’il a adoptées.
C’est donc un petit plaidoyer technique que nous présentons ici aux lecteurs de Photo-Revue dans le but de mettre bien en lumière les arguments qui nous ont paru les meilleurs pour choisir telle caractéristique plutôt que telle autre, dans la conception de notre appareil.
Nous allons examiner à cet égard les points suivants :
Conditions générales d’emploi. (Choix du film de 35 mm., utilisation des bandes, emploi de la couleur, etc...).
Format.
Distance focale.
Ouverture.
Procédé de mise au point. - Couplage du télémètre.
6° Fonctions mécaniques.
7° Exploitation des clichés.
- Tireuse et stéréoinverseur.


1° Conditions générales d’emploi

Si le mérite du petit format peut être discuté en matière de photographie monoculaire, il n’en va pas de même en stéréoscopie, où sa supériorité est évidente : la raison principale en est que l’épreuve stéréoscopique doit obligatoirement être examinée à travers une optique grossissante. Le petit format n’introduit donc aucune complication nouvelle et apporte tous ses avantages : (encombrement réduit, profondeur de champ amplifiée), etc...
Il est donc particulièrement indiqué d’utiliser dans ce domaine le film ciné standard de 35 millimètres.
L’apparition récente d’émulsions en couleur, dans ce format était un autre argument décisif.
Que fallait-il pour que la stéréoscopie sur film devienne pratique ? Une question primordiale dominait le problème : simplifier au maximum la fastidieuse mais inévitable « inversion », et cela d’autant plus nécessairement que le film en couleur, utilisé tel quel, ne permettait plus de faire l’opération lors du tirage du positif.
La première condition que nous nous imposâmes fut donc : pas de découpage, pas d’inversion au tirage, examen direct des bandes par stéréoscope dit "inverseur".
Ainsi, le sort du Vérascope 40 se trouvait-il lié, dès l’origine, à celui de son complément indispensable : le stéréoscope.

2° Format

On peut être tenté, à priori, de critiquer le format 24 x 30 et de lui opposer soit le format carré, classique en stéréoscopie, soit le format 24 x36, mis en vogue par plusieurs appareils étrangers de qualité.
Mais le choix du format n’est pas arbitraire en stéréoscopie, du fait de la double obligation suivante :
1° Respecter entre les axes de deux clichés homologues l’écartement moyen des yeux : 63 mm.
2° Ne pas perdre de surface sensible.
Ces deux conditions s’expriment en définitive par la suivante : la dimension horizontale du cliché doit être un sous-multiple de 63 (aux marges près).
Les solutions sont peu nombreuses :
63/2 conduit au format 31,5 x 24.
63/3 conduit au format 21 x 24.


Il n’est pas besoin d’insister pour voir qu’en deça ou au-delà de ces 2 nombres, on tombe dans l’absurde. Et entre ces deux nombres l’hésitation n’est guère possible, si l’on tient compte que l’intervalle séparant deux clichés doit être pris sur la dimension 31,5 ou 21 et que d’autre part, il en est de même (les parties non communes (parties perdues pour la stéréoscopie), ce qui réduirait le cliché théorique de 21 x 24 à une simple bande verticale.

Partie 2
Fig. 1

On voit donc que la première solution reste seule acceptable.
Elle nous conduit, en réservant un intervalle de 1,5, au format 24 x 30 qui a le mérite de correspondre à un format courant de papier.
La disposition des vues sur la bande n’est pas, en outre, exagérément compliquée, puisque, entre deux vues homologues, ne s’intercale qu’une seule vue étrangère au couple stéréoscopique considéré, ce qui fournit, pour la succession des vues, le schéma 1.


3° Dictance focale

La valeur de 40 mm. choisie donne un angle de champ moyen, et assure une couverture normale du format. Une focale plus grande aurait eu sur l’encombrement de l’appareil des conséquences importantes.
1° En profondeur, ce qui est évident, l’appareil étant du type rigide.
2° En largeur, car le diamètre des objectifs devenant plus grand, pour une même ouverture, il en résulterait un accroissement de longueur et de course des lames de l’obturateur.


4° Ouverture relative

Ici, la valeur de 3,5 ne peut être défendue comme une valeur optimum, car il est toujours avantageux de disposer de la plus grande ouverture possible, mais elle doit être acceptée comme une limite, pour les raisons précédentes, l’encombrement et le poids de l’appareil croissant assez vite avec le diamètre des objectifs.
A titre d’exemple, un objectif ouvert à 2,8 nous aurait conduits à un appareil plus long de 12 mm. et pesant environ 150 grs de plus.


Mise au point. — Couplage du télémètre

Le mécanisme de commande de la mise au point est analogue à celui des Vérascopes Richard 45 x 107 et 6 x 13, et nous n’y insisterons pas. La nouveauté du Vérascope 40 consiste surtout dans le télémètre.
Ce télémètre comporte deux particularités intéressantes : la glace et le mode de couplage.

A. — Glace (fig. 2).

Elle est constituée par un réseau de bandes honrizontales alternativement transparentes et réfléchissantes, les premières étant constituées par le verre exempt de tout apprêt, et les secondes par des portions argentées de la même manière qu’un miroir ordinaire.
Les avantages de ce type de glace sont de deux

Partie 2
Fig. 2

sortes : d’une part, elle n’a pas la fragilité des glaces constituées par de fins dépôts cathodiques. D’autre part, le "dosage" des intensités respectives des images directes et réfléchies est simple et précis, puisque le rapport de ces intensités est égal à celui des largeurs des bandes transparentes et réfléchissantes.
Or, du point de vue optique, le comportement d’une telle glace est exactement le même que celui d’une glace semi-transparente, pourvu que l’oeil se trouve placé à une distance très inférieure à celle du minimum de vision distincte. Dans ces conditions, en effet, l’oeil ne voit pas le réseau, mais il reçoit les rayons qui le traversent ou s’y réfléchissent, et, dans les deux cas, en fait, en quelque sorte, la synthèse.

B. — Mode de couplage du télémètre (fig. 3).

La particularité du système adopté est de faire directement appel à une relation géométrique simple.
Le prisme 1 (à réflexion totale) est solidaire d’un bras de levier 2 qui peut lui imprimer un mouvement de rotation autour de l’axe vertical passant par le point B.
Ce levier 2 s’appuie constamment sur un doigt 3, solidaire du corps de l’appareil. La base du télémètre AB est au contraire solidaire de la monture des objectifs.
Lors du déplacement de cette dernière pour la mise au point de l’appareil sur un objet E par exemple, le prisme effectue une certaine rotation. Pour que le télémètre soit réglé sur l’objet E, il faut que le rayon EB se réfléchisse sur le prisme 1 suivant BA. Cela est possible en donnant une longueur convenable au levier 2. En effet, l’avance DF des objectifs est inversement proportionnelle à la distance séparant l’objet E du plan focal antérieur. (Equation fondamentale des lentilles). D’autre part, dans le triangle rectangle EBC, la longueur AC est inversement proportionnelle à la longueur AE (la moyenne proportionnelle étant la hauteur AB du triangle).
Si donc on néglige la distance focale des objectifs vis-à-vis de leur distance à l’objet, ce qui est légitime, dans un appareil à court foyer, les lois

Partie 2
Fig. 3

de déplacement des objectifs et du télémètre s’identifient à une constante près.
L’avantage de cette disposition est de rendre le règlage du télémètre simple, et surtout méthodique, puisqu’il se réduit à l’ajustement d’une longueur de levier.
Pour la même raison, le règlage est évidemment plus précis que dans les dispositifs à came où l’on est tributaire d’un profil plus ou moins complexe.


6° Fonctions mécaniques

Nous n’entrerons pas dans le détail de toutes les fonctions mécaniques du Vérascope 40, mais nous citerons, comme étant particulier à cet appareil, le dispositif de changement de régime (stéréomonoculaire).
Il a semblé en effet intéressant, à une époque où le prix des appareils photographiques de classe ne cesse d’augmenter, de donner au stéréoscopiste la faculté de prendre des vues monoculaires sans faire la dépense d’un autre appareil pour ce travail.
Que fallait-il pour transformer temporairement un appareil stéréoscopique en appareil monoculaire ?
1° Obturer l’un des objectifs.
2° Transformer le régime de métrage du film.

La première condition ne soulevait pas de difficulté. Pour comprendre la seconde, reportons-nous au schéma 1.
En régime stéréoscopique, on voit que l’avance du film a lieu suivant une alternance de deux intervalles : l’un de 31,5 mm. (pour passer par exemple du cliché AA au cliché BB), l’autre de 3 fois 31,5 mm. (pour passer du cliché BB au cliché GC), et ainsi de suite.
En monoculaire, au contraire, tous les intervalles doivent être de 31,5 mm.
Voici le mécanisme très simple que réalise autoinatiquement le passage d’un régime à l’autre (figure 4) :

Figure 4
Fig. 4

Un plateau 1 est entraîné par le débiteur de manière à faire un tour pour 4 X 31,5 mm. de film débité. Ce plateau porte 4 dents à 90° les unes des autres ; deux de ces dents sont plus hautes que les deux autres.
D’autre part, une butée 2 vient se placer sur la trajectoire de ces dents pour arrêter le plateau. Elle peut occuper deux positions. Dans la position S, elle rencontre seulement les deux dents les plus hautes, et l’on voit bien que, dans ce cas, le plateau fera alternativement 1/4 de tour et 3/4 de tour. Par conséquent, le film défilera alternativement de 31,5 mm. et de 3 fois 31,5 mm. C’est le régime stéréoscopique.
Si au contraire, la butée 2 se trouve dans la position M, toutes les dents la rencontrent, et le plateau fait chaque fois 1/4 de tour. Le film avance donc de 31,5 mm. C’est le régime monoculaire.
La butée 2 est liée mécaniquement au volet d’obturation de l’objectif et tout est commandé simultanément par un bouton unique.
On voit que ce mécanisme est relativement simple et se trouve largement justifié par l’avantage qui en découle.

7° Exploitation des clichés. — Tireuse et stéréoscope inverseur

La bande négative, s’il s’agit de photographie en noir, est tirée sans inversion, par contact, et s’il s’agit de photographie en couleur, peut être utilisée directement dans le stéréoscope inverseur.
Passons sur la tireuse qui ne fait appel à aucun principe nouveau, et disons un mot du stéréoscope.
Signalons d’abord que si nous l’avons appelé jusqu’ici inverseur, c’est pour respecter un usage, d’ailleurs vicieux, c’est plutôt redresseur qu’il faudrait l’appeler, puisque son rôle consiste uniquement à replacer droites pour l’oeil des images qui sont, non pas inversées, mais retournées par la prise de vue.
Considérons, en effet, du côté support, c’est-à-dire dans la situation qu’il occupait dans l’appareil, le cliché stéréoscopique, en couleur par exemple. — Les images nous apparaissent comme si chacune pour son compte, elles avaient tourné de 180° dans leur plan, autour de leur centre, par rapport à la situation normale du sujet.
Si, par exemple, nous avons photographié la lettre R, nous aurons l’aspect de la figure 5 a.
Pour rétablir la situation normale, il faut, optiquement, deux réflexions : l’une qui intervertisse le haut et le bas (ce qui donne 5 b), l’autre qui intervertisse la droite et la gauche de chaque image (ce qui donne 5 c).
Ces deux réflexions peuvent être obtenues simultanément dans un prisme en toit dont l’arête du

Partie_5
Fig. 5

dièdre sera inclinée de 45° sur l’axe de visée, mais à la condition de placer le film dans un plan parallèle à l’axe de visée et non plus perpendiculaire comme il l’est dans un stéréoscope ordinaire, c’est ce qui nous a amenés à placer le film sur le haut et non plus sur l’arrière du stéréoscope.
Cette disposition, bien qu’inhabituelle, a paru au moins aussi rationnelle que la disposition classique, car la lumière, qu’elle nous vienne du ciel ou d’un lustre, arrive plus souvent d’en haut que d’en face.
Le seul inconvénient sérieux du dispositif à prisme est son prix de revient élevé. — Disons tout de suite, malheureusement, que c’est la seule solution réalisable ; l’usage de miroir, séduisant à priori, parce que économique, a dû être irrévocablement rejeté à cause des doubles réflexions inévitables.
Telles sont, en peu de mots, les principales considérations qui ont présidé à la genèse du Vérascope 40 et de ses accessoires.
Nous les avons exposées honnêtement, sans prétendre d’ailleurs qu’elles aient une valeur absolue ou définitive, car en matière de photographie, comme en toute autre, rien n’est (heureusement) définitif.


Liens extérieurs Ajouter un lien extérieur en rapport avec ce modèle d'appareil Nouvelle fenêtre
Pour éviter les spams, vous devez être inscrit au forum






Photos de boîtes de ce modèle : Ajouter une photo Nouvelle fenêtre


Anciennes publicités au sujet de ce modèle : Ajouter publicité Nouvelle fenêtre
Galerie

Photo-Ciné-Revue de 1953
Galerie

Le Photo Almanach Prisma de 1954


Vidéo pour ce modèle (me contacter pour un ajout éventuel)





En savoir plus
Vos photos prises avec le même appareil Nouvelle fenêtre

Avis d'utilisateurs Nouvelle fenêtre

Relevés de prix d'achats Nouvelle fenêtre

Test Phot'Argus Nouvelle fenêtre

Présence dans les catalogues de distributeurs Nouvelle fenêtre

Appareils de la marque Nouvelle fenêtre

Accessoires de la marque Nouvelle fenêtre

Objectifs de la marque Nouvelle fenêtre

Notices de la marque Nouvelle fenêtre

Les messages du forum au sujet de la marque Nouvelle fenêtre



Si Ebay ne trouve pas de correspondance, il vous affichera une liste aléatoire d'objets. Si le nombre de résultats est faible, alors, il complète automatiquement l'affichage. Les voies d'Ebay sont (parfois) impénétrables.


Nouveaux objets Richard Jules sur EBAY FRANCE France

Nouveaux objets Richard Jules sur EBAY ROYAUME-UNI UK
Nouveaux objets Richard Jules sur EBAY ALLEMAGNE Allemagne
Nouveaux objets Richard Jules sur EBAY ETATS-UNIS USA