BREAKING NEWSProblème de mise au point av... par Clement | Petite présentation par Jacques Bratieres | Photo d'obturateurs par Sylvain Halgand | Nouvel arrivant par Jacques Bratieres | [ihagee] exakta varex iia: ve... par Claude Marius | Des avis sur cette chambre ? par Stéphane MARTIN | On dirait une [gaumont], n'es... par André GD | Presentation par Frédéric SEC |
Popular Photograph Co Nodark favori envoyer imprimer
Photo(s) de - et texte de Sylvain Halgand. Propriété de -
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Popular Photograph Co Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : Etats-Unis
Fabriqué de (Circa) 1900 à 0.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 2185

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Popular Photograph Co Nodark



(Photo-Revue 1900) C’est un appareil à magasin, pour positives directes sur plaques ferrotypes, permettant d’exécuter et de développer en trois minutes un portrait, un groupe, un sujet de genre, etc.
Il est construit en noyer verni, avec ferrures nickelées; son volume total est indiqué par les mesures suivantes : 31 cent. de long; 9 cent. de large; 11 cent. de hauteur. Il est muni d’un objectif achromatique rapide avec diaphragme tournant, d’un compteur enregistreur et de deux viseurs.
Pour opérer, on place l’appareil sur un meuble quelconque, sur un pied si l’on veut.

Pour faire un portrait, le modèle doit être placé à une distance de 2 mètres au minimum, pour obtenir une grosse tête.
Après avoir centré le sujet dans le viseur, soit en hauteur, soit en largeur, on appuie sur le bouton qui se trouve en avant du cadran ; pendant le temps que durera la pose (qui varie depuis 2 secondes, selon que le temps est beau ou sombre).
On peut opérer instantanément au soleil.
La cuvette verticale s’ajuste ensuite à une ouverture spéciale pratiquée sous l’appareil ; la plaque tombe dedans quand on tire la coulisse par la poignée nickelée  qui se trouve au-dessous du cadran, la plaque passée, on referme la coulisse, et on enlève la cuvette.
En tournant une petite manette qui se trouve sur le côté de la cuvette, on abat un petit couvercle à l’intérieur, qui doit protéger la plaque contre le jour.
On remplit la cuvette de la solution numéro 1 pour développer, l’opération peut être terminée au bout de une minute, on reverse le liquide dans un flacon et on le remplace par la solution numéro 2, qui est reversée au bout du même laps de temps.
On peut se rendre compte si la plaque est assez fixée, en la soulevant au moyen d’un bout de fil de fer qui dépasse l’orifice, si elle ne l’était pas assez, il suffirait de la laisser un peu plus de temps.
Le fixage étant terminé, il doit rester une épreuve bien nette et claire.
Il n’y a plus qu’à la bien laver à l’eau ordinaire et dès qu’elle est sèche, elle se trouve vernie et inaltérable, on peut alors l’encadrer dans un passe-partout.
On peut aussi, si on ne veut pas développer de suite, conserver les plaques exposées, en les emmagasinant dans la boîte spéciale que nous avons créée pour cet usage, et les développer ensuite à loisir.

Prix — Chaque appareil est accompagné d’une boîte. contenant 26 plaques, une cuvette verticale métallique, 2 flacons pour le développement .....60 francs.
Boîtes-magasin, pour conserver les plaques non développées ....4 francs
Cuvettes verticales de rechange ....4 francs





Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced