BREAKING NEWS[lumière] lumireflex par Sylvain Halgand | Second td 2020 par Sylvain Halgand | Maldo par ROCHEVALIER Michel | Bon anniversaire renaud (laem... par ROCHEVALIER Michel | Bon anniversaire bernard(ladr... par ROCHEVALIER Michel | Praktiflex par Michel-DK | Wedena par Sylvain Halgand | [canon] 7 et objectifs russes par Jean-Pierre Fantone |
Richard Jules Verascope Simplifié n° 3 (7 x 13 cm)
English version English version
Photo(s) de RL et texte de RL. Propriété de Renaud Laemmli. Dernière modification le 2016-12-02 par Michel Rochevalier.

Fabriqué ou assemblé en France de 1923 à (Postérieur à) 1931.
Rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 6482

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Richard Jules 
Historique de la marque Richard Jules

Jacques Perrin, dans son ouvrage "Jules Richard et la magie du relief" (ISBN 2-910284-01-8), parle à son sujet de "Verascope 7 x 13 simplifié dit n°3", tandis que dans le catalogue Richard de 1931 il est désigné comme "nouveau modèle simplifié", le n°3 étant juste mentionné dans la description de l'appareil. Une brochure de "the City Sale & Exchange" de 1925 nous parle simplement du "nouveau Verascope n°3 (pour 6 x 13 ou 7 x 13 cm)". L'appellation que nous retenons fait donc la synthèse de toutes les précédentes.

Cet exemplaire de Verascope diffère de la version ordinaire par sa gravure spécifique :
"-sole british agents-
 the city sale & exchange Ltd London".
Derrière un nom qui fait penser au monde impitoyable de la bourse, The City Sale & Exchange Ltd était en fait un distributeur de matériel photographique, optique et cinéma depuis 1881, proposant déjà, outre du matériel neuf, des appareils d'occasion. Certains articles étaient vendus sous sa marque propre : Salex. Bien que rachetée par Wallace Heaton en 1929, les activités de la City Sale & Exchange continueront sous son nom jusque vers 1957 ! Et vous pouviez même y trouver, dès 1925, votre Home Kinema !
Si on en croit la mention portée par ce Verascope, cette enseigne était donc l'agent exclusif de la maison Richard Frères pour la Grande Bretagne.

Il était donc destiné au marché Anglais, et il bénéficiait de ce fait de quelque adaptation : la biellette en laiton est toujours gravée "mise au point" mais l'échelle correspondante est en pieds, les sujets de Sa Très Gracieuse Majesté refusant toujours d'utiliser les mètres ! Quand au niveau à bulle, rien n'indique si il est rempli de sherry brandy plutôt que d'absinthe...

Le réglage de l'obturateur se fait au moyen du bouton cannelé en laiton, au dessus de l'angle à droite de la façade, gradué de Pose / 2 à 50. Les ouvertures sont indiquées pour les valeurs de 6,3 / 8 / 11 / 16 et 23 : juste de quoi échapper à la normalisation absolue ! C'est la seconde biellette, celle du bas, qui assure la correspondance de l'autre objectif.
L'armement de l'obturateur est assuré par la tirette en avant du viseur pliant et le déclencheur est le bouton à gauche au dessus de la façade. Rajoutons que cette dernière peut être décentrée de 8 mm vers le haut.
Sous cet exemplaire, une grosse rondelle en laiton est filetée au petit pas Kodak, ce qui indique un rajout. Un trou conique situé dessous correspond mieux à l'époque !

Des filtres colorés pour la photographie en couleurs (autochromes) étaient proposés, se montant à l'avant des objectifs.
 

Richard Jules Verascope



Richard Jules Verascope
Cette mention n'a rien à voir avec la bourse de Londres : il s'agit d'un distributeur de matériel photo et cinéma, qui sera racheté plus tard par Wallace Heaton.


Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced