BREAKING NEWSChambre [beier] ligurd ( 9 x... par Sylvain Halgand | Femme photographe par Eric Borel | Sortie vieux appareils 2019 par Jacques Bratieres | Marco mendoza par Patrick FOURNERET | Photographica fair à londres par Patrick FOURNERET | [ribeiro] chambre de voyage par Arnaud SAUDAX | Bonjour à toutes et à tous par Yann FRISCO | Problème sur [pentax] mx par Yann FRISCO |
Stebbing Appareil Automatique favori envoyer imprimer
Photo(s) de - et texte de -. Propriété de Direct catalogue
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Stebbing Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : France
Fabriqué de (Antérieur à) 1888 à (Postérieur à) 1888.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 7526

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Stebbing Appareil Automatique



Edouard Stebbing est connu comme photographe à la fin du XIXème siècle, à Paris. On connaît la date de son décès : 1915, mais celle de sa naissance reste inconnue. Ses portraits et ses cartes postales "fantaisie" se retrouvent dans divers fonds documentaires.
L'origine du terme Professeur n'a rien à voir avec la photographie, puisque Stebbing étiat professeur d'anglais.
Il s'est marié en 1865 avec Marie Pauline Auguste dit Renaud, professeur de piano, 21, rue du Faubourg Saint-Denis. Lui habite à ce moment-là, 33, rue des Martyrs à Paris, également.
Ils habiteront ensuite 3, place Bréda. En 1877, ils achètent une maison au 27, rue des Appenins.
Un acte d'emprunt de 5000 francs, contracté le 15 mars 1883, mentionne toujours Stebbing comme professeur de pianon. Le couple met sa maison en hypothéque, et doit rembourser au taux de 5%, par semestre, avant le 15 mars 1888, à Mme Vve Pauline Wittman, 5, rue Barbette. 

En 1879, Stebbing est professeur sans plus de précision : Vente par Williams Willis, fils, chimiste, demeurant 2 St Milored's Terrace Briowley Road Lec à Londres (Royaume-Uni), représenté selon procuration par édouard Stebbing, professeur, demeurant 27, rue des Appenins, au profit de Pauline Wittmann, veuve d'étienne Joseph Poulenc, demeurant 5, rue Barbette, et de Léon Wittmann, rentier, demeurant 7, rue Neuve-Saint-Merri, et actuellement 5, rue de La Tour d'Auvergne, de deux brevets pris en France, l'un pour un procédé perfectionné pour obtenir des épreuves photographiques et l'autre pour perfectionnement apportés à l'impression photographique, pour la somme de 12 800 francs. À signaler : procuration passée par devant William Webb Tenn, junior, notaire à Londres.

suit :

Création d'une société en nom collectif entre Édouard Thomas Stebbing, professeur, demeurant 27, rue des Appenins, et en commandite à l'égard de Pauline Wittmann, veuve d'Étienne Joseph Poulenc, négociante en produits chimiques, demeurant 5, rue Barbette, et Léon Wittmann, rentier, demeurant 7, rue Neuve-Saint-Merri, ayant pour objet l'exploitation de procédés perfectionnés pour l'obtention des épreuves photographiques et autres brevets de Williams Willis, acquis ce jour par la veuve Poulenc et Léon Wittmann, sous la raison sociale, Stebbing et Cie établie pour une durée de 14 ans et 4 mois, au capital de 50 000 francs, siège social situé 27, rue des Appenins. 1879, 18 juin Dépôt des pièces de publicité.

15 mars 1883 :

Attribution par Édouard Thomas Stebbing, professeur d'anglais, demeurant 27 anc. 25 nouv. rue des Appenins, au profit de Pauline Wittmann, veuve d'Étienne Joseph Poulenc, demeurant 5, rue Barbette, et de Léon Wittmann, rentier, demeurant 40, rue du général Foy, d'un brevet initialement acquis par la veuve Poulenc et le sieur Wittmann, par acte, même notaire, le 26 avril 1879.

13 novembre 1889 :

Obligation par Édouard Thomas Stebbing, professeur d'anglais, et Marie Pauline Célestine Renaud, son épouse, demeurant 25, rue des Appenins, et actuellement 196, rue Legendre, au profit de Pauline Wittmann, veuve d'Etienne Joseph Poulenc, demeurant 5, rue Barbette, pour prêt d'une somme principale de 3 000 francs, remboursable le 7 février 1893, accompagné d'un taux de 5 % l'an, payable par semestre. Les contractants hypothèquent, pour sûreté de garantie, une maison située 25, rue des Appenins.

Janvier 1890 : Par un quelconque miracle, Stebbing devient professeur de chimie photographique !

Dépôt des statuts de l'association L'Union Photographique par
Léon Vidal, directeur du moniteur de la photographie, demeurant 7, rue Scheffer,
Gaston Braun,
et Léon Clément, gérant de la société Braun et Cie, demeurant 18, rue Louis-le-Grand,
Jean Albert Gauthier-Villars, imprimeur libraire, demeurant 55, quai des Grands-Augustins,
Louis Eugène Pirou, photographe, demeurant 5, boulevard Saint-Germain,
Alexandre Paul Armand Tournachon dit Nadar, photographe, demeurant 51, rue d'Anjou,
Michel Berthaud, photocollographe, demeurant 9, rue Cadet,
Georges Auguste Balagny, propriétaire, demeurant 11, rue Salneuve,
Adolphe Block, éditeur de photographies, demeurant 91, boulevard de Sébastopol,
Abel Michelet, photograveur, demeurant 76, rue de Rennes,
Jules Audouin, fabricant de fournitures pour la photographie, demeurant 5, cité Bergère,
Charles Gravier, inspecteur principal à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, demeurant 118, rue de Saussure,
Michel Ange Pascal Manzi, propriétaire, demeurant 9, rue Forest,
Solon Vathis, photographe, demeurant 42, rue Vivienne,
Édouard Thomas Stebbing, professeur de chimie photographique, demeurant 196, rue Legendre,
Édouard Sauvel, avocat à la cour de cassation et au Conseil d'état, demeurant 80, rue Taitbout,
André Yves, graveur héliographe, demeurant 6, rue Thévenot,
François Pierson, photographe, demeurant 41, rue Taitbout,
pour venir en aide à chacun de ses membres.


Si on ne sait pas grand chose de la personne, on en sait encore moins de cet appareil qui lui est attribué. Pourquoi est-il automatique ? 

Stebbing Appareil Automatique
Carte Postale Portait de la comédienne Louise Willy




Appareils similaires en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced