BREAKING NEWSPraktiflex par Michel-DK | Second td 2020 par Weber jean francois | Bon anniversaire bernard(ladr... par Weber jean francois | Wedena par Sylvain Halgand | [canon] 7 et objectifs russes par Jean-Pierre Fantone | [foca] standard par Michel mangocan | [rolleiflex] quel modèle et ... par Jean-Michel C | [houghton] ensign commando par Jacques Bratieres |
Olympus Pen F favori envoyer Print
Photos by GL text by GL. From the collection of GL
France Version française

Chronology of the Olympus brand  New window

Manufactured in Japon from 1963 until (After) 1966.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 11639

See the complete technical specifications New window
Olympus Pen F

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

Olympus Pen F : Premier reflex demi-format au monde

Cette page n'a pas l'ambition d'être une référence technique et documentaire sur l'Olympus Pen F, mais de rassembler un maximum d'informations sur ce reflex.

Les informations présentées ne sont pas garanties et je vous invite à me signaler toute erreur ou coquille qui se serait introduite ici.

Présentation

L'ère de gloire du demi-format commence par un challenge technique lancé par Olympus à un de ses jeunes ingénieurs, Yoshihisa Maitani, à qui la firme demande de créer un compact grand public pour un prix de commercialisation de 6000 yens. A l'époque, l'appareil photo le moins cher de la gamme Olympus, le 35S 3,5, coûte 23000 yens...

Le résultat sera le Pen, lancé en 1959, un petit compact dont la conception a été guidée par l'expérience de M. Maintani en photographie et régulée par les contraintes de coût de fabrication. La fabrication sera d'ailleurs confiée à un sous-traitant car Olympus n'est pas en mesure d'assurer un bas prix pour une petite série. Le demi-format (« half frame" en anglais, appelé aussi « single frame » par Olympus, en référence au format initial de cinéma sur la pellicule 35 mm qui est de 18 x 24 mm), a été choisi afin de réduire la taille de l'appareil mais aussi dans un souci d'économie pour le consommateur puisqu'il peut réaliser deux fois plus d'images sur un film 135. Le Pen sera suivi par plusieurs évolutions poussant toujours plus vers la simplicité et l'automatisme.

Alors que le Pen EES est en phase de développement, un responsable vient voir Yoshihisa Maitani et lui demande: « et que penseriez-vous d'un reflex demi-format? ». L'ingénieur va à son bureau et en sort un schéma mécanique du futur reflex: il a le feu vert immédiatement. Le Pen F sera commercialisé en 1963, accompagné de tout son système reflex. Une cinquantaine de brevets seront déposés pendant la conception de ce reflex miniature.

 

Les choix technologiques qui ont guidé sa conception semblent tenir en un mot: compacité. Et de ce côté, c'est plutôt une réussite. Le Pen F est plus petit qu'un télémétrique contemporain, avec les avantages de la visée reflex (et ses inconvénients, également). Il est incomparable avec les reflex 24 x 36 des années 60, lourds et encombrants. A l'épaule, il ne pèse que 600 g avec son objectif standard Zuiko 38 mm f/1,8.

La compacité du Pen F est le résultat du choix demi-format, bien-sûr, mais aussi de l'utilisation d'une visée reflex non pas à prisme supérieur mais à prisme latéral et miroirs. Exit le capot surmonté d'une pyramide disgracieuse, le dessus du Pen F est plat - ce qui lui va à ravir. Aucune excroissance ne vient d'ailleurs troubler la fluidité du capot: la molette de sélection des vitesses est sur la face avant, le levier d'armement est à l'arrière, le déclencheur rectangulaire est « encastré » dans le capot.
Avantage du demi-format: l'obturateur peut se permettre d'être proportionnellement plus encombrant, Olympus a donc installé un obturateur rotatif. Les vitesses d'obturation s'échelonnent de 1 à 1/500 + pose B. Cet obturateur raffiné permet la synchro flash à toutes les vitesses. Un luxe que les boîtiers récents fournissent enfin à grand renfort d'électronique et de flashes spécifiques dont l'éclair est artificiellement rallongé!

Bien que le Pen F ne soit pas destiné à un public haut-de-gamme exigeant, la finition est très bonne et l'ensemble respire la solidité sans tomber dans les excès du blindage façon Krasnogorsk. Le corps en alliage est robuste, le capot embouti résiste parfaitement aux assauts du temps (mais se raye facilement) et jusqu'au garnissage en plastique souple du boîtier, point faible des appareils anciens, qui est toujours en excellent état.


A la prise en main, le Pen F pourrait pécher par sa compacité mais heureusement, il n'en est rien – au moins pour moi qui n'ai pas de mains format « battoir à linge ». Le déclencheur tombe naturellement sous l'index, et la molette de sélection des vitesses forme une protubérance qui permet de bien saisir le boîtier. Le levier d'armement est bien placé, mais il manque de douceur. A sa décharge, l'appareil essayé n'a jamais été révisé en 40 ans d'existence et mériterait un petit nettoyage des mécanismes...