BREAKING NEWS[huttig] lloyd quelque chose par Jacques Bratieres | Quatrième td 2019 par Sylvain Halgand | [canon] a1 pb réarmement / d... par Jean-Pierre Fantone | Photos faites à gometz par Jacques Bratieres | [konica] ff-88 par Sylvain Halgand | Signaler les erreurs des page... par Jacques Bratieres | Format de film par Jacques Bratieres | Un fred de plus ^^ par Fred morfredus |
Minolta Minoltacord (Seiko) favori envoyer Print
Photos by RL text by RL. From the collection of RL
France Version française

Chronology of the Minolta brand  New window

Manufactured in Japon from 1953 until after 1955.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 7097

See the complete technical specifications New window
Minolta Minoltacord

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

Francesch, dans Histoire de l'appareil photo Minolta de 1929 à 1985 (ISBN 2-249-27685-4), distingue trois modèles, en fonction de leur obturateur (Seikosha Rapid, Citizen et Citizen Export), auxquels il faut en rajouter au moins un : Optiper MXS.
Nous avons ici le plus rapide, le Seikosha atteignant le 1/500 contre 1/300 ou 1/400 pour les autres versions.

A sa sortie, le Minoltacord n'est pas forcément destiné à remplacer le Minoltaflex. D'ailleurs, l'année suivante sortira le Minoltaflex III, bien plus perfectionné et bien plus cher aussi : 35 200 Yens, contre 26 650 pour ce Minoltacord !
Ce sont en fait deux concepts différents qui s'affrontent, et ce sont les clients qui départageront les concurrents : seul le Minoltacord aura une descendance avec l'Autocord, en passant par le Minoltacord Automat qui fait la liaison. L'Autocord reprendra à son compte toutes les évolutions du Minoltaflex III: couplage de l'armement à l'avance de la pellicule, sécurité contre les doubles expositions involontaires mais expositions multiples possibles, baïonnette de type Rollei Bay pour le montage des accessoires, affichage de la vitesse et du diaphragme dans une fenêtre au dessus des objectifs...

Tout ceci n'existe pas sur le Minoltacord ! Il possède donc un levier d'avance rapide, mais il faut armer l'obturateur séparément. La mise au point se fait par le levier cannelé sous la façade, décrivant une trajectoire en demie-lune le long d'une plaque graduée (ici en mètres). Ce levier, que l'on peut manœuvrer d'un seul doigt, la main soutenant l'appareil par le dessous, commande en fait une hélicoïde très précise, et, paraît-il, indéréglable. Une loupe amovible, dans le capuchon, permet une vérification fine du point.
Sur les bords du verre de visée, un fin cadre sert à délimiter des vues de 4 x 4 cm, les diapositives de ce format étant très en vogue à cette époque.

Par rapport aux Minoltaflex, le compteur de vues est entièrement automatique : à l'ouverture du dos, il revient seul en position de départ (un triangle s'affiche alors dans la fenêtre). Une fois la pellicule en place, quatre armements à blanc amènent ensuite la première vue prête à être prise. Au delà de la douzième vue, le compteur n'avance plus mais il faut continuer à avancer à vide pour basculer la totalité du film sur la bobine réceptrice.

Minolta Minoltacord