Historique de Barby, H. favori envoyer

Historique de Barby  (D'après Étienne Gérard, Jean-Loup Princelle et Cie) :

Jean Camille Barby, administrateur colonial au 34, rue Monge, a un fils Henri le 5 avril 1876 avec Mme Leschevin. Séparation de corps en 1884, puis divorce en 1896. Jean se remarie le 7 avril 1898 avec  Jeanne Pauline Caroline Métais, photographe au 8, rue des Écoles. Deux adresses différentes, mais en fait un seul bâtiment au coin des deux rues. A noter aussi la renumérotation de la rue Monge, dont le 34 deviendra le 20.
 
Le 9 janvier 1901, une société "Barby, Métais et Cie" est créée entre ces trois personnes. Le 11 novembre 1901, cette société prend, en association avec Klopcic Janka, un brevet pour un obturateur à rideau.
 
Henri déposera en son nom propre d'autres brevets et additions, et il semble être le véritable constructeur, alors que la société Barby, Métais et Cie gère le "Comptoir Photographique Colonial" aux adresses 8, rue des Écoles et 20, rue Monge, consacré à la vente de matériel et d'appareils pour la photographie.
 
Le catalogue du Comptoir de 1901, bien que succinct, signale le déménagement du petit atelier de construction de la rue Lhomond à l'usine à vapeur du 22, boulevard Kellermann. Il s'agit en fait de la reprise de l'usine qu'Attout Tailfer occupait depuis 1884, au 63, rue du Moulin de la Pointe, dans le XIIIe.
 
La société Barby et Cie est en liquidation judiciaire en 1902 et dissoute en 1903. Les actifs sont vendus aux enchères le 17 février 1904.
 
Le Comptoir Photographique Colonial continue son activité de vente avec Aubrun et Dardanne  jusqu'en 1910, puis avec Eugène Hiard jusqu'en 1940, avec un changement de nom, le Comptoir Photographique Colonial devenant le Comptoir Photo-Colonial.
 
L'usine continue à sortir des appareils photo sous la marque Nurba, avec Aubrun et Dardagne jusqu'en 1907, puis en 1908 avec Aubertin qui conserve la même marque. En 1911, l'usine appartient à l'association Loret, Vray, Pasquinot et Duhallier, puis à Jean Pasquinot tout seul en 1913 - 14.
 
Henri Barby meurt à Grasse le 8 mai 1952. Qu'a-t-il bien pu faire entre temps ?

 

Évolution des sociétés au 8, rue des Écoles et 20, rue Monge (34, rue Monge en 1897 et 1898)

1897 : Métais & Cie (34, rue Monge)

1898-1901 : Jeanne Pauline Caroline Métais

1901-c1908 : Barby, Metais & Cie (Enseigne Comptoir Photographique Colonial) – Mentionné dans l’annuaire jusqu’en 1908

1910 : Aubrun  et Dardagne (Enseigne Comptoir Photographique Colonial) (Vente en 1910 de Aubrun à Hiard)

1910-1940 : Eugène Hiard (Enseignes : Comptoir Photographique Colonial, puis Comptoir Photo-Colonial , mais avec chevauchement)

 

Évolution des Sociétés au 63, rue du Moulin de la Pointe (Les bâtiments industriels ont fait place à des immeubles résidentiels.)

1884-1901 : Attout Tailfer

1901-1904 : Henri Barby (Barby & Cie)

1905-1907 : Aubrun-Dardagne (marque Nurba)

1907-1908 : Aubertin (marque Nurba)

1911 : Loret, Vray, Pasquinot & Duhallier

1913-1914 : Jean Pasquinot





Nouveaux objets Barby, H. sur EBAY FRANCE France

Nouveaux objets Barby, H. sur EBAY ROYAUME-UNI UK
Nouveaux objets Barby, H. sur EBAY ALLEMAGNE Allemagne
Nouveaux objets Barby, H. sur EBAY ETATS-UNIS USA