BREAKING NEWSBesoin de vos [lumière]s... par Daniel C | Présentation par Frédéric SEC | Présentation par Frédéric SEC | Demande d'adhesion par Frédéric SEC | Flash [posso atd.32] par Claude Marius | Signaler les erreurs des page... par André GD | Choix appareil pour reconstit... par Eric Borel | Bon anniversaire jean pierre ... par Jean-Pierre Fantone |
Marco Mendoza L'Argus à Magasin rentrant favori envoyer Print
Photos by - text by PF. From the collection of -
France Version française

Chronology of the Marco Mendoza brand  New window

Manufactured in France from 1894 until (Before) 1902.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 12873

See the complete technical specifications New window
Marco Mendoza L'Argus

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

Dans la mythologie grecque, Argus était un géant aux cent yeux auquel la déesse Héra, épouse de Zeus, avait assigné la tâche de surveiller Io, dont elle était jalouse. L'Argus de Marco Mendoza voit tout sans se faire remarquer, comme le suggère le texte de l'une des publicités d'époque reproduite sur cette page : "Avec L'Argus [...] on peut sans que personne se doute de la moisson de documents que l'on vient de recueillir, enregistrer sur les plaques les scènes les plus naturelles, les plus variées et les plus humoristiques."

C'est le 01/08/1894 que Marco Mendoza représenté par la Société Marillier et Robelet dépose le brevet 240.461 pour une chambre photographique détective à magasin rentrant.

Extraits du brevet :

"La présente demande de brevet d'invention a pour but de me garantir la propriété exclusive d'une nouveau genre de chambre détective à escamotage, offrant cette particularité que lorsqu'elle est en fonction le magasin est saillant, et que lorsqu'elle est au repos, ce même magasin est complètement rentré à l'intérieur, l'appareil ainsi constitué offrant par cela même le minimum de volume avec le maximum de commodité".


Dès le 7 décembre 1894, Marco Mendoza fait une communication à la Société photographique sur cette "Nouvelle détective à magasin rentrant dite "L'Argus" : 


"Ce nouvel appareil à escamoter a ceci de particulier que, tout en contenant un magasin de douze plaques, il est moins volumineux qu'un appareil à châssis. A première vue et par son aspect réduit (le 9 x 12 mesure extérieurement 14 cm de haut, 11 cm de large et 23 cm de long), il semble impossible que les douze plaques puissent s'escamoter sans masquer une partie de celles qui n'ont pas encore été impressionnées. En effet, cela ne se pourrait pas si, par un dispositif très simple, il n'avait été ménagé un tiroir rentrant à l'intérieur de l'appareil et qu'il suffit de tirer à moitié pour ne pas masquer les rayons traversant l'objectif. Dans cette position, comme l'indique la figure ci-jointe dont un arrachement permet de voir les dispositions intérieures, les plaques, placées dans des cadres métalliques, basculent chaque fois qu'une d'elles a été impressionnée, et elles viennent se loger dans le tiroir rentrant; ce tiroir est fixé à l'appareil par une charnière d'un côté et guidé à l'autre extrémité par une pièce cintrée qui décrit un arc de cercle ; un verrou fixe le tiroir obliquement. Lorsque les douze plaques ont été impressionnées, le magasin qui les a reçues peut basculer entièrement pour permettre de  les retirer dans le cabinet noir. Ce magasin est fait de façon que, pendant les opérations, les plaques ne peuvent revenir en arrière gêner les rayons qui passent par l'objectif."

Source : Bulletin de la Société française de photographie, 1895. Gallica.bnf.

L'argument principal est donc l'encombrement réduit de l'appareil, comparé à un Détective traditionnel qui peut mesurer jusqu'à 18 ou 19 cm de haut, correspondant à l'épaisseur des 12 plaques escamotées en fond d'appareil, alors que L'Argus n'en mesure que 11.

Les publicités de l'époque font état de plusieurs versions d'un appareil dénommé L'Argus fabriqué par Marco Mendoza :

1. Un appareil détective doublé marroquin avec 3 châssis doubles à tabatière, objectif plani-achromatique, obturateur circulaire pneumatique, en 3 formats différents, 6½ x 9, 9 x 12 et 13 x 18, semblable au modèle à magasin rentrant mais sans ce dernier.

2. Une jumelle stéréoscopique à magasin de 24 plaques 6½ x 9, pouvant faire 12 vues stéréoscopiques ou 24 vues simples livrée avec objectif plani-achromatique Marco Mendoza, ou objectif rectiligne aplanatique, ou objectif Zeiss.

La seconde illustration montre le schéma du système tiré du brevet. Source INPI.

 

Marco Mendoza L'Argus