BREAKING NEWS[sem] semflex oto par Jean-Pierre Fantone | Nouvelle fonctionnalité du site par Bernard Ladroue | Bon anniversaire jean paul (j... par Jean-Francois LEC | Plaque 6x13cm oui, mais quel ... par Renaud LAEMMLI | [minolta] tlr par Renaud LAEMMLI | [ihagee] exakta varex iia: ve... par Jean-Pierre Fantone | Coucou me (re)voilà ;o) et q... par AlainOR | Réadresser une image prise a... par Christian R |
Konica I (type Cs/2,8m) favori envoyer Print
Photos by RL text by RL. From the collection of Renaud Laemmli
France Version française

Chronology of the Konica brand  New window

History of the brand Konica New window

Manufactured in Japon from 1949 until Circa 1950.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 6651

See the complete technical specifications New window
Konica I

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

La classification retenue ici est celle proposée par camera-wiki sur sa page concernant les Konica I , II et III.

Le Konica I, depuis son origine en 1947, a subi plusieurs évolutions. Pour mémoire, voici les principales étapes :


- Type Ab : le tout premier Konica I se reconnaît à l'entourage d'objectif noir. Le capot est gravé "Konica" et "Made in Occupied Japan" en plus du numéro de série. La cuirette du dos est marquée "Konishiroku". L'objectif est toutjours un Hexar ouvrant à 3,5.
- Type As : la seule différence concerne l'entourage de l'objectif, qui devient chromé avec un lettrage noir.
- Type B : la mention "Made in Occupied Japan" passe du capot à la cuirette sous la semelle. Un Hexar ouvrant à 2,8 fait son apparition comme alternative au 3,5.
- Type C : la cuirette du dos n'est plus estampée "Konishiroku". Il était disponible avec Hexar 3,5 ou 2,8.
- Type Cs : l'obturateur (Konirapid-S) dispose maintenant d'une prise de synchronisation pour un flash.
- Type D : la mention sous la semelle devient "Made in Japan".
- Type E : l'objectif devient un Hexanon ouvrant à 2,8.
- Type F : la mention "Made in Japan" est maintenant gravée sur la molette de fermeture du dos, située sous la semelle.

Nous sommes ici à la cinquième version, reconnaissable grâce à quelques observations :


- il n'y a rien d'inscrit sur la cuirette du dos. Les trois premières version étaient marquées "Konishiroku", la marque commerciale à cette époque. Konica désignait le produit, Konishiroku Camera, l'appareil photo de Konishiroku.
- le dessous est frappé "Made in Occupied Japan".
- l'obturateur Konirapid-S possède une prise (type ASA) de synchronisation du flash.

Les mentions "2,8m" après le type Cs indiquent que l'objectif ouvre à 2,8 et que les distances sont graduées en mètres. Cette même version peut donc se rencontrer avec un objectif ouvrant à 3,5 et avoir une échelle de distances en pieds (ft), ce qui fait donc quatre combinaisons possibles.
Les concepteurs de l'époque avaient-ils conscience du bonheur qu'ils procureraient ainsi aux collectionneurs du XXIe siècle ? Ils pensaient sans doute plus à satisfaire une clientèle diverse mais c'est tant mieux !

Dans tous les cas, les Konica I sont des appareils simples mais bien construits. On y retrouve l'essentiel pour prendre de bons clichés : un télémètre pour une mise au point précise, un bon objectif lumineux, une gamme de temps rapide pour l'époque (1/500), le tout dans un volume particulièrement réduit : il y avait de quoi séduire une clientèle exigeante pour un prix attractif. Le Konica I coûtait à l'origine 19 400 Yens, alors qu'un Minolta 35 était vendu 35 000 Yens ! Un écart de prix qui méritait bien de se poser la question de l'avantage des optiques interchangeables et des vitesses lentes... et qui explique du coup un volume de production évalué à 100 000 exemplaires pour les seuls Konica I ! Sur la même période 1949-1951, Minolta se contentera d'environ 15 000 Minolta 35, soit presque 7 fois moins.
 

Konica I