BREAKING NEWS[foca] urc marine nationale par Dominique G | [rolleiflex] quel modèle et ... par Jose PP | Signaler les erreurs des page... par Jacques Bratieres | Ouf ! par Daniel C | Présentation par Frédéric SEC | Jean-marc jmx par Frédéric SEC | Bon anniv' laurent (coup double) par Bernard Ladroue | [canon] 7 et objectifs russes par Jean-Pierre Fantone |
Beaugers Lubo
English version English version
Photo(s) de AS et texte de AS. Dernière modification le 2013-12-31 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en France de 1941 à 1952.
Rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 16042

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre

Chronologie des appareils Beaugers Nouvelle fenêtre

Lucien Beaugers était photographe, et construisit un appareil de reportage de 1941 à 1952. Bernard Vial en a donné l'histoire et la description dans un article de quatre pages dans "Photo-Ciné-Son Occasion", le gratifiant d'un certain succès commercial, alors que Mc Keown donne une production de 20 à 25 exemplaires, ce qui n'est pas réaliste, j'en possède un portant le N° 193.

Lucien Beaugers fabriquait aussi un appareil de studio, mais il ne semble pas être connu. Il avait aussi breveté un flash pouvant recevoir six lampes.
En mai 1949, le catalogue Grenier propose le "Microflash Lubo", "de dimensions réduites et très efficace". Il utilise les lampes PF 14 et PF 25 et une pile plate de 4,5 volts. Il tient dans une boîte de 85 x 85 x 110 mm, et coûte alors 1885 francs.

En 1952, il revend son atelier à Henri Trémaud, fils du Directeur Commercial de chez Berthiot, représentant des caméras Lévêque et des appareils photo Royer.

L'originalité de l'appareil Lubo est que la façade avant peut basculer, ce qui permet dans cette position d'observer l'image sur un verre dépoli incorporé permettant une mise au point très précise.
Fabriqué de façon artisanale durant une bonne dizaine d'années, il existe de nombreuses variantes, même si elles sont difficiles à répertorier...


L'appareil de reportage Lubo, présenté dans cette page est un modèle primitif. Un levier à main gauche permet la manœuvre de la bascule qui entraîne l'ouverture du capuchon permettant de voir le dépoli.
La mise au point se fait par un gros hélicoïde solidaire de l'appareil.
Ce modèle dispose aussi d'une correction de parallaxe automatique grâce à un système de came et de levier commandé par la mise au point.
Le grand viseur sportif ne comportant pas d'œilleton de visée, le cadrage semble assez approximatif et la correction de parallaxe bien superflue...

Les objectifs sont interchangeables grâce à un système de baïonnette sécurisée par une vis moletée.
Il y a deux écrous au pas du congrès, un dessous, un sur le côté, pouvant recevoir le flash Hexaflash.
La synchronisation flash se fait par une grosse prise à deux broches de chaque côté.


L'obturateur à rideau "Balmelle" permet un réglage de la vitesse par tension du ressort (8 positions), largeur de la fente (de 1 à 8 cm) et un régulateur pour la gamme lente et rapide.

Beaugers Lubo



Beaugers Lubo
Position basculée permettant la mise au point. On voit le levier permettant la manœuvre de la bascule. Le bouton blanc permet l'open flash, la prise étant au dessus.
Beaugers Lubo
Détail du mécanisme de correction de parallaxe. La règle triangulaire porte les échelles de distance pour la mise au point à l'estime. (Ici pour 120 et 200 mm).


Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced