BREAKING NEWSPresentation par Jacques Bratieres | Petites pellicules à identifier par Rémy LECO | Presentation par Eric Carlhan | Quatrième td 2019 par Sylvain Halgand | [gitzo] les lieux de product... par didier rob | Foto-quelle 1975-76 (france) par Sylvain Halgand | Foto-quelle 1975 (france) par Sylvain Halgand | Central-photo (1973) par Sylvain Halgand |
Agfa Ambiflex I favori envoyer Print
Photos by JCB text by JCB. From the collection of JCB
France Version française

Chronology of the Agfa brand  New window

Manufactured in Allemagne from 1958 until 0.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 10023

See the complete technical specifications New window
Agfa Ambiflex I

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

L'Agfa Ambiflex est un reflex mono-objectif, à viseur et objectif interchangeables, avec cellule couplée, produit par la firme allemande entre 1958 et 1963.
Il est équipé d'un obturateur central Prontor Reflex , offrant la pose B et les vitesses de 1 seconde à 1/300.


Dans la version de base, dite Ambiflex I (Agfaflex III aux Etats-Unis), il est équipé d'un viseur de poitrine et de l'objectif Color Solinar de 50 mm ouvrant à F:2,8.
Il s'appelle Ambiflex II (Agfaflex IV aux Etats-Unis) s'il est muni d'un viseur prisme et du même objectif, et devient Ambiflex III (Agfaflex V aux Etats-Unis) avec le viseur prisme et un Color Solagon de 55mm F:2.

Les objectifs Color Ambion 35mm F:3,4, Color Telinear 90mm F:3,4, et Color Telinear 135mm F:4 étaient également disponibles.

La cellule est au sélénium (photo-voltaïque), donc sensible au vieillissement, surtout si elle reste exposée à la lumière. Il est donc conseillé de la protéger, par exemple en conservant l’appareil dans son sac.
L'aiguille de la cellule est visible dans une petite fenêtre placée sur le dessus du boîtier, près du déclencheur et à droite du viseur. La sensibilité du film étant préalablement affichée (échelles gravées en rouge, en ASA et DIN, de part et d’autre de l’échelle des diaphragmes), et en réglant diaphragme et (ou) vitesse, l’exposition est correcte lorsque l’aiguille de la cellule est alignée entre les deux repères. En utilisation avec le viseur à prisme, la cellule n’est pas visible dans le viseur. L’avantage de la visée redressée est en partie gâchée par la nécessité de quitter le viseur pour vérifier la cellule. Par contre le viseur de poitrine permet de contrôler ensemble cadrage et cellule, mais l’image inversée n’est pas toujours appréciée surtout chez les photographes amateurs.

Armement et avancement du film par levier. Compteur de vues dégressif à remise à zéro manuelle (placé au dos et près de la semelle).

L'appareil étant au repos (non armé) le miroir est relevé , l'obturateur fermé. Lors de l'armement le miroir s'abaisse, un volet ferme la fenêtre image, l'obturateur s'ouvre et le diaphragme s'ouvre à pleine ouverture. L'image est visible dans le viseur jusqu'au déclenchement.

Une particularité remarquable est l'indicateur de profondeur de champ, constitué par un secteur noir plus ou moins visible dans une échancrure pratiquée sur la bague des distances, en fonction de la mise au point et de l'ouverture du diaphragme. Par contre aucun contrôle visuel n’est possible dans le viseur, le diaphragme restant à pleine ouverture pendant la visée.

Noter aussi que les objectifs ne possèdent pas de bague de réglage du diaphragme, celle-ci est solidaire du bloc obturateur et transmet le réglage sélectionné à l'objectif par un jeu de leviers et de cames.