BREAKING NEWSClic clac par Jacques Bratieres | Présentation fabien par Frédéric SEC | Houghton all distance pocket ... par Jacques Bratieres | [imperial debonair] provenanc... par Zoé-gd | Magasin [gaumont] bloc note par André GD | [gitzo] les logos d'arsène g... par didier rob | Notice en pdf par arnaud-yamsur | Divers catalogues par Sylvain Halgand |
Ambrosio Ambrosio
English version English version
Photo(s) de AS et texte de AS. Propriété de Maison de la photo de St-Bonnet. Dernière modification le 2013-01-03 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en Italie de 1905 à 0.
Rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 10196

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Ambrosio 

L’appareil Ambrosio n’aurait pas grand chose pour retenir l’attention, si ce n’est le fait d’être probablement le premier appareil à utiliser le film 35 mm jamais commercialisé.

Cependant, aucune histoire de la photo ne le mentionne.

Interview de Michel Simon dans « Reporter Objectif » N° 26 d’octobre 1974 :

[...] Je rencontre d'Ambrosio, Le Méliès italien, et je lui demande ( j'embêtais tout le monde avec ça !) : Savez-vous qui a inventé le Leica ? Eh bien, c'est moi. Je lui raconte ma petite histoire. Il m'écoute en se marrant mais ne dit rien. Le lendemain, il m'apporte un appareil qu'il avait fabriqué en 1905. Pas dessiné, mais fabriqué ! Avec deux vitesses, trois diaphragmes...
Et il m'a expliqué : comme j'improvisais beaucoup et que j'avais une script-girl qui oubliait la moitié des détails à noter, j'avais besoin pour mes raccords d'un bloc-notes perfectionné. J'ai donc pensé prendre de la pellicule de cinéma et photographier mes scènes. [...]
Tous les jours, d'Ambrosio photographiait donc ses scènes. Le soir, il faisait développer la pellicule et tirer les clichés. Le lendemain, il savait exactement ce qu'il avait réalisé la veille et quels raccords exécuter.
Sur les dix caméras construites, il en avait gardé trois pour lui. Il avait donné les sept autres à des amis : aucun ne s'en est servi. C'est trop petit... Il faut agrandir... Ce qui prouve bien qu'une invention doit arriver à point nommé.
Personne ne parle plus de d'Ambrosio aujourd'hui. Il avait pourtant réalisé les premiers films fantastiques bien avant les Américains. […]"


Le boîtier est en alu coulé, avec une façade laiton argenté oxydé. L’objectif est amovible. C'est un Anastigmat de 50 mm de Zeiss-Krauss à diaphragme iris.
L'obturateur à guillotine s’armant en façade n'a qu'une seule vitesse, pose et instantané.

L'appareil est prévu pour 100 vues de 30 x 45 mm sur film ciné non perforé, avec un compteur palpeur. (A cette époque, les fabricants de film laissaient à l’utilisateur le soin de perforer lui-même ses films selon sa perforation préférée, Lumière ou Edison.) Un dispositif très original contrôle l’avancement du film. Un mini emporte-pièce découpe un petit trou juste au bord de l’image au milieu du film. Lors de l’avance du film, un petit piston à ressort vient se loger dans le trou et bloque l’avance.


L’autre appareil connu porte l’inscription "Ambrosio Torino", le numéro 14 et a un objectif Reichert.

Ambrosio Ambrosio
L’anneau sert à l’avancement du film


Ambrosio Ambrosio
Photo de dos : Entre les deux loquets fermant le dos, à gauche l’emporte-pièce et à droite le piston bloquant l’avance
Ambrosio Ambrosio
On voit le compteur, gradué jusqu’à 100. C’est un palpeur qui prend appui sur la bobine débitrice.


Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced