BREAKING NEWSSignaler les erreurs des page... par Sylvain Halgand | Super-lumichrome par Arnaud SAUDAX | Petit nouveau par Frédéric SEC | Salut à toutes et tous par Frédéric SEC | Présentation par Frédéric SEC | Un autre logo [wuensche]. par Sylvain Halgand | [imperial debonair] provenanc... par Sylvain Halgand | Notice en pdf par Jacques Bratieres |
Minolta X-600
English version English version
Photo(s) de PYP et texte de PYP. Propriété de PYP. Dernière modification le 2013-04-14 par Francois Landais.

Fabriqué ou assemblé en Japon de 1983 à 0.
Rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 11521

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Minolta 
Historique de la marque Minolta

Dans le Japon des années 1980, tous les constructeurs avaient les yeux rivés sur l'autofocus : plusieurs compacts avaient déjà été produits, mais le véritable challenge était celui des reflex.
Dès 1982, Pentax avait ouvert le bal en sortant non pas un reflex, mais un objectif autofocus (un zoom 35-70mm) pour le Pentax ME-F. Le mécanisme de mise au point se trouvait directement sur l'objectif : ce système était laborieux, lent et inesthétique, mais c'était un premier pas ! Il fut bientôt suivi par Canon, Ricoh, et d'autres grands constructeurs qui utilisèrent le même principe d'autofocus sur l'objectif.
Mais Minolta avait un projet bien plus ambitieux dans ses cartons : dès 1981, ses dirigeants avaient envisagé un appareil révolutionnaire, où le moteur de l'autofocus se trouvait dans le boîtier, ainsi que toute une gamme d'objectifs compatibles. Cet appareil (le futur Minolta 7000) était très complexe, et demandait donc beaucoup de temps avant d'être lancé sur le marché.

Minolta a donc lancé en 1983 le X-600, à la fois pour montrer que la marque restait dans course à l'assistance de mise au point , mais également pour tester le marché et leur capteur autofocus.
L'appareil est construit sur la même base que le X-500, sauf pour la partie supérieure du boîtier (plus proche du futur X-300 !) et bien sûr pour le capteur AF. Le fonctionnement de ce dernier demande plus de ressources que les piles boutons du X-500 ne peuvent en fournir. Minolta a donc greffé un logement pour deux piles AAA sur la façade du boîtier.
Le X-600 a les mêmes caractéristiques techniques que le X-500 (priorité à l'ouverture ou mode manuel, vitesse de 1s à 1/1000 + B) mais le viseur ne contient pas d'indication quant à l'ouverture ou à la vitesse. Il y a en effet, dans le bas du viseur, deux flèches rouges et un point vert (< O >) qui permettent de faire la mise au point.
Lorsque la mise au point n'est pas faite, l'une des deux flèches pointe dans la direction dans laquelle il faut tourner la bague de mise au point de l'objectif. Lorsque la mise au point est parfaite, le point vert s'allume et le boîtier émet un double bip de confirmation ! Cela explique la dénomination + Speed Focus ; (SF) du boîtier, qui n'est pas vraiment un autofocus, mais plutôt un hybride.

C'est véritablement le chaînon manquant entre le tout manuel et le tout autofocus chez Minolta. Cet appareil de transition ne fut construit qu'en un petit nombre d'unités, et il a été commercialisé uniquement au Japon, entre fin 1983 et 1984 seulement.

A noter que les objectifs destinés au X-600 disposent sur la monture MD d'un petit ergot supplémentaire (qui indique au boîtier l'ouverture maximale de l'objectif). Cependant, certains objectifs plus anciens fonctionnent avec le X-600.

Minolta X-600



Minolta X-600

Minolta X-600



Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced