BREAKING NEWSRecherche telemérique grossis... par Jean-Pierre Fantone | Stereocycle par Etienne G | Déclencheur souple pour kodak... par Dominique Cazeaux | [zeiss ikon] contaflex "... par Jacques MAR | [ernemann] j'aimerais en savo... par Jacques MAR | Dans quelles mains ? dans que... par Jacques MAR | [miom] etui photax par Renaud LAEMMLI | Calme plat ...... il y a quel... par Renaud LAEMMLI |
Polaroid Sx-70 Sonar favori envoyer imprimer
Photo(s) de CA et texte de Sylvain Halgand. Propriété de CA
UK English version

Chronologie de la marque Polaroid Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication : Etats-Unis
Fabriqué de (Circa) 1978 à (Postérieur à) 1979.
Indice de rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 10247

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Polaroid Sx-70 Sonar



Cet appareil  eut plusieurs dénominations d'un côté et de l'autre de l'Atlantique. Il semble que le premier modèle "sonar" s'appelait One Step aux USA.


Je reproduis partiellement, ci-dessous, la première présentation effectuée par la revue Phot'Argus, en septembre 1978. L'essai, comme il y est précisé, s'est fait avec un appareil provenant directement des USA et donc, portant encore son nom de "One Step".
 

Polaroid Sx-70 Sonar

Polaroid Sx-70 Sonar



"Encore une bombe POLAROID : la photographie instantanée rendue encore plus simple et plus sûre. La mise au point est maintenant effectuée automatiquement par le Sonar qui vient d'être adapté au Polaroid SX 70 Sonar One-Step.
Nous avons pu essayer le seul appareil disponible en France. Ce modèle ayant été présenté aux actionnaires de la firme le 25 avril 1978 aux Etats-Unis, il est possible que les modèles commercialisés ultérieurement soient légèrement différents ; toutefois, dans son état actuel, cet appareil est déjà une petite merveille.

Le Polaroid SX 70 Sonar One-Step est donc :
• un appareil moyen format (8x8 cm) reflex mono-objectif, à visée très lumineuse,
• assurant la mise au point automatique et manuelle jusqu'au rapport x 0,5 (soit à 25 cm du sujet),
• à obturateur/diaphragme à commande électronique,
• à fonctionnement automatique en lumière naturelle de 14 s à f/8 à 1/180 à f/22 et au flash de 1/40 à f/8 à f/96,
• à miroir éclair commandé par un moteur électrique,
• à chargement automatique par chargeurs de films-pack couleur, avec mise en place automatique électrique du premier cliché,
• à éjection automatique de la photographie effectuée, photographie qui se développe automatiquement sans aucune manipulation,
• à mesure automatique de l'exposition par cellule Silicium,
• à contrôle automatique de l'exposition au flash, par couplage diaphragme /distance de mise au point, de 6 m environ jusqu'au rapport x 0,5.

Une très belle réussite.



Polaroid SX-70 Sonar




1. Système Sonar de mise au point :

Cette innovation Polaroid qui fera certainement école (si les brevets déposés le permettent), n'est en fait que l'astucieuse application du Sonar, système de mesure et de détection mis au point entre les deux guerres pour les sous-marins. Autrement dit, il s'agit d'un appareil de prise de vue muni d'un radar...

1.1. Principe :

Lors de la pression sur le Bouton de déclenchement, un émetteur/récepteur, constitué d'une feuille de mylar doré tendue sur un cadre métallique, envoie un clic d'ultra-sons. Celui-ci est produit par la transformation, au travers d'un transformateur et d'un oscillateur, d'une impulsion électrique débitée par la pile Polapulse.
Le clic d'ultra-sons dure une milliseconde et est composé de quatre fréquences étagées de 60000, 57000, 53 000 et 50 000 Hz.
Celles-ci sont évidemment inaudibles à l'oreille humaine et Polaroid assure qu'elles le sont également aux chiens et autres animaux domestiques (heureusement...).
Les quatre fréquences sont vraisemblablement émises dans un ordre déterminé pendant la milliseconde pour satisfaire à 3 impératifs :
— réduire la durée de chacune des fréquences émises, ce qui améliore la précision des mesures aux faibles distances: 0,25 ms par fréquence, soit un train d'impulsions de 8,5 cm de longueur.
— permettre probablement au récepteur de ne tenir compte que des échos majeurs, dont les fréquences reviennent dans le même ordre qu'à l'émission, ce qui élimine les échos parasites provoqués par rebonds successifs.
— assurer une bonne réflexion des ultra-sons sur des sujets aux surfaces diverses, ce qui permet ainsi au système de fonctionner quels que soient la structure et l'aspect de surface du sujet (mur blanc lisse, palissade, grille, grillage, sujets à structure uniforme répétitive...). Ce clic de fréquences s'éloigne de l'appareil à raison de 340 m par seconde en moyenne (la vitesse variant un peu suivant la température de l'air et l'altitude ce qui fait que ce système est plus précis en plaine et au bord de la mer... où sont pris la majorité des clichés... mais cette réflexion tient plus de la boutade que de la réalité !). Dès son départ, une horloge quartz émet des tops vers la mémoire de l'appareil, à intervalles réguliers et l'émetteur devient récepteur dès la fin de l'émission du clic... Cette mémoire comporte 128 cases (chiffre logique en binaire car c'est une puissance de 2) : il s'agit d'un compteur en Circuit Intégré à 7 positions qui enregistre successivement les valeurs 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, en les combinant, ce qui assure de 0 à 127 valeurs, soit en fait 128 cases. Le clic se réfléchit sur le sujet et revient vers l'appareil pendant que la mémoire stocke des tops. Cette mesure est assurée dans un angle de 16° environ plus ou moins centré par rapport au viseur. (Nous en reparlerons plus avant). Dès que l'écho est détecté par le récepteur de l'appareil, l'horloge s'arrête ; si le sujet est à 10 m (infini photographique correspondant à la distance focale relativement longue — 116 mm — de l'objectif si toutefois il est identique à celui du SX 70 Alpha 1, et certainement aussi limite de portée de l'émetteur-récepteur, soit 20 m aller-retour), cela prend 60 ms = 1/16,66 de seconde, et à 25 cm, au rapport de grossissement x 0,5 (comme celui du SX 70 Alpha 1) 1,47 ms soit 1/7006 de seconde.


Polaroid SX-70 Sonar




Aussitôt, un moteur électrique entraîne l'objectif qui, au repos, est positionné à une distance inférieure à l'infini.
Un disque solidaire de l'objectif, comportant 128 repères correspondant aux 128 zones de mises au point retenues, est simultanément mis en rotation. Chaque repère provoque l'émission d'un top vers la mémoire dont les cases restantes se remplissent. Dès que la mémoire est pleine (elle fonctionne par tout ou rien) un électroaimant bloque la rotation de l'objectif puis le moteur est arrêté.
Ce système est terriblement précis, beaucoup plus qu'un dispositif de mise au point manuel.
En effet si les 128 cases étaient régulièrement espacées, soit 60 ms/128 = 0,49 ms soit 16 cm (aller-retour) la précision de la mesure ne serait que de 8 cm, ce qui serait inutilisable à courte distance ; elles sont donc irrégulièrement espacées et la précision de la mesure du temps (10 microsecondes) permet des espacements beaucoup plus rapprochés au début, 16 microsecondes, soit une précision de 2,7 mm à 25 cm (ce qui est tout à fait dans la tolérance de profondeur de champ) et de 3 ms à l'extrémité, soit une précision de 50 cm à 10 m. L. Andrew Mannheim a constaté qu'à 2 m, le SX 70 met au point sur un stylo de 7 mm de diamètre, soit selon un angle de 0,3° ! Remarquable !

1.2. Possibilités :

Le dispositif offre des possibilités de mise au point très exceptionnelles, mais comporte évidemment quelques limites.
La pondération du système, annoncée sur un carré de 10 % de la surface visée centré dans le champ, est en fait un peu différente. Très difficile à mesurer, nous avons cependant pu la déterminer approximativement.
Nous avons pour cela utilisé la mire qui nous sert traditionnellement à tester les objectifs ; cadrée en plein format, sa surface se trouvait à 90 cm de l'objectif. Nous avons ensuite découpé une vignette de 4 x 5 cm pour la déplacer dans le champ, à une distance de 27 cm de l'objectif, afin de déterminer la pondération du Sonar; nous avons d'abord suspendu cette vignette à un fil de fer de 5/10 de mm de diamètre, afin que seule la surface de la vignette influence la mesure.
Première surprise : il s'est avéré que le Sonar mettait au point sur le seul fil de fer ! Une précision étonnante... Qu'à cela ne tienne, nous avons remplacé le fil de fer par une ficelle fine... qui apparaissait tout aussi nettement dans le viseur ! Décidément, ce Sonar est beaucoup plus sensible que nous ne l'avons prévu et nous donne du fil à retordre...
A bout de ressource, nous avons alors fait appel à l'une de nos secrétaires à la chevelure ondulante et soyeuse qui en a été quitte pour un cheveu (d'où l'importance de bien choisir son personnel !). Eurêka ! cette fois-ci le support n'influençait plus la mesure, et nous avons pu commencer nos essais. Nous nous sommes vite aperçu que la taille de notre vignette était trop importante pour évaluer avec un minimum de précision la zone de mesure. Nous avons alors utilisé le seul fil de fer, en l'amenant progressivement vers le centre depuis chacun des bords du format, et en effectuant à chaque fois une mise au point. Petite remarque en passant : nous avons à cette occasion compris tout l'intérêt de la surcapacité de la pile Polapulse qui équipe chaque chargeur SX 70 ; elle ne nous a jamais fait défaut durant plus de 150 mises au point à courte distance, (donc dans les conditions de consommation maximale) effectuées sur un seul chargeur : un bon point... de plus !
Le résultat des mesures nous a quelque peu surpris ; le Sonar ne prend en compte que les objets situés dans une zone équivalant à peu près au 1/3 des dimensions du format dans les deux sens, cette zone est centrée verticalement, ce qui semble normal, mais horizontalement, sa base est placée à mi-hauteur du format, la mesure de mise au point est donc localisée au centre de la moitié supérieure du format, ce qui est à priori étonnant car il est patent que cette zone est l'une des moins utilisées lors des cadrages. En fait, nous n'avons pas eu le temps matériel d'affiner ces mesures; il est peu probable que le champ couvert soit limité par un carré; par contre, il est parfaitement possible que ce champ soit celui du cercle (ou de l'ovale approchant), inscrit ou exinscrit par rapport au carré.
Il nous faut toutefois mettre un bémol à cette remarque, car nos essais ont été réalisés sur le seul appareil disponible en France ; c'est sans doute pour cette raison que la zone de mesure n'était pas rappelée dans le viseur (ce qui sera impératif sur les modèles de série). Il sera donc intéressant de renouveler ces essais sur plusieurs appareils de série, afin de vérifier si cette disposition est mûrement voulue, ou s'il s'agit d'un mauvais calage du centrage de la zone de mesure du Sonar sur notre appareil, et également d'affiner notre mesure de pondération.
La mise au point peut donc être généralement effectuée sur la plupart des objets situés dans un cône de mesure de 16° environ. Entre 16° et 19°, la mise au point est incertaine, le Sonar hésite entre le premier plan et le fond et se cale en général sur un plan intermédiaire. Lorsque le sujet est situé au-delà de 19°, la mise au point se fait sur le fond.
Non contents d'avoir pu estimer la pondération de la zone de mesure du Sonar, nous avons voulu en estimer sa sensibilité. Notre premier essai s'est effectué avec un trombone (type vulgarus papeterie) suspendu à notre précieux cheveu (ou plutôt à celui de notre secrétaire...). Nous l'avons placé au centre de la zone de mesure et éloigné progressivement de l'appareil ; jusqu'à 49 cm, la mise au point s'effectue sans aucune faille sur ce premier plan. A 50 cm, elle bascule d'un coup sur le fond. Cet essai n'était pas quantifiable, mais nous a permis au passage de juger des progrès accomplis par les nouveaux films Polaroid SX 70 sur le plan de la définition, car le cheveu supportant le trombone demeure parfaitement visible jusqu'à 49 cm : étonnant ! (mais hélas invisible sur nos clichés imprimés).
Pour quantifier cette mesure, nous avons remplacé le trombone par une vignette en carton de 1 cm2, déplacée de la même façon. Le Sonar effectue la mise au point dessus jusqu'à 69 cm. A 70 cm la mise au point bascule sur le fond. Nous avons donc pu en déduire que la surface prise en compte par le Sonar doit être au minimum égale à 1/1600 de la surface du champ couvert. Un système réellement étonnant sur le plan de la sensibilité. Ce résultat explique le fait que notre premier essai au cours duquel la vignette était suspendue à un fil de fer ait été peu probant, car la surface de réflexion offerte par le seul fil était suffisante pour influencer le Sonar.
Pour compléter cette série d'essais relativement sommaires, il nous a enfin semblé important de prendre en compte la position angulaire de la surface de réflexion par rapport à l'axe des ultra-sons ; lorsque la surface est normale à cette direction la mise au point s'effectue sans aucun problème, ce qui est tout à fait logique et explique qu'il soit impossible de photographier de face dans un miroir ou à travers une vitre. Lorsque la surface est inclinée à 45°, le Sonar se trouve confronté à une position limite d'incertitude et effectue une mise au point intermédiaire en se basant sur la faible proportion d'ondes marginales qui lui reviennent et qui semblent lui indiquer une distance supérieure à la réalité. Lorsque la surface est inclinée à 60 % sur l'axe optique, aucune réflexion des ultra-sons n'est possible vers l'appareil ; dans ce dernier cas la mise au point s'effectue soit sur le fond proche, s'il permet une réflexion suffisante (ce qui était le cas pour notre mire), soit sur l'infini si aucune surface de réflexion ne se trouve placée dans les 10m au-delà de la surface oblique pour prendre en compte les ultrasons C'est ce qui explique que nos prises de vues effectuées de biais sur un miroir donnent d'emblée une image nette du fond de la pièce car les ultrasons se réfléchissent exactement de la même façon que les rayons optiques. On pourrait d'ailleurs imaginer, pour pousser le vice, un « piège à ultrasons » constitué d'une série de surfaces réfléchissantes à 90% l'une par rapport à l'autre, de telle façon que les ultrasons ne parviennent jamais à revenir vers le Sonar... Sans en arriver là, disons que le Sonar effectue toujours la mise au point sur le premier plan qui le permet ; en cas de sujets étages en profondeur, et si le premier plan réel ne permet pas la mise au point, c'est la surface située immédiatement derrière qui est prise en compte, et ainsi de suite, le tout en moins d'1/15 de seconde !
Reste à déterminer, pour être plus précis, quel serait le comportement du Sonar en fonction de surfaces souples, dont le pouvoir de réflexion serait variable (laine, coton, synthétique, peau humaine, papier léger...) un régal en perspective, dont nous aurons l'occasion de vous reparler.
On peut donc résumer les résultats de nos essais en quelques lignes :
— L'angle de mesure est de 16° environ; entre 16 et 19° la mesure n'est par certaine.
— Un sujet quelconque à moyenne distance est mis au point de façon tout à fait simple, sans qu'il soit besoin de prendre de précautions particulières. Toutefois, s'il comporte un premier plan, il est préférable d'effectuer une mesure préalable et de la contrôler avant de déclencher. Cette méthode est aisée puisque la mise au point s'effectue quand le Bouton de déclenchement est à demi pressé, et reste mémorisée tant que la pression est maintenue, ce qui permet, en cas de premier plan dans le champ, d'effectuer la mesure sur l'essentiel du sujet, puis de recadrer avant de déclencher. Malheureusement la zone de pondération n'est pas indiquée sur le verre de visée, ce qui serait très simple à réaliser et rendrait de grands services.
— Pour des sujets à courte distance, il est indispensable de contrôler la mise au point effectuée, en regardant la position de la bague de mise au point avant de déclencher. En effet, selon la position dans le champ, la mise au point risque d'être effectuée sur l'arrière plan.
— Il est impossible d'effectuer automatiquement la mise au point d'un sujet réfléchi sur une glace : en effet, les ultrasons sont réfléchis par la surface du miroir et non par l'image virtuelle du sujet formée par le miroir. Il faut donc procéder à une mise au point manuelle.
— Il est impossible de photographier à travers une vitre : en effet, les ultrasons sont réfléchis par la surface de la vitre et non par le sujet placé derrière. Attention aux prises de vues dans les véhicules quand les vitres sont fermées ; procéder manuellement.
• Dans certains cas de prises de vue, ce système ne peut fonctionner correctement :
— quand les ultrasons frappent un sujet plan, réfléchissant ou non, selon un angle supérieur à l'angle de mesure, ils sont réfléchis selon un angle égal à l'angle d'incidence (tout comme les rayons optiques) et les ultrasons réfléchis risquent de ne pas pouvoir être pris en compte par le Sonar pour effectuer la mesure.
Quand les ultrasons frappent un sujet plan sous un angle incident supérieur à 45° par rapport à la normale, ils sont réfléchis sous un angle égal, et ne peuvent de ce fait être pris en compte pour la mesure.
Toutefois, et c'est peut-être ce qui est le plus remarquable dans ce système, la photographie nette est possible dans l'obscurité la plus totale. Il suffit, après avoir équipé l'appareil d'un « Flash Bar » de presser le bouton de déclenchement en deux temps (le premier temps afin de permettre la réalisation de la mise au point et le second temps pour effectuer le déclenchement).
« La photographie nette à la portée des aveugles » dirait notre ami Paillé, ce qui peut également d'énoncer d'une façon différente : avec un système portable, de cette précision, dont on pourrait augmenter le champ, les aveugles pourront «voir » les obstacles devant eux. Il suffirait de remplacer le moteur de mise au point par un dispositif sonore ou tactile en réglant la distance de travail du système à une distance moyenne (3 ou 5 m). Quelles possibilités ouvertes par cette nouveauté Polaroid !

2. Présentation, Mise en batterie :

2.1. Présentation :

Le Polaroid SX 70 Sonar One Step est quasiment identique au Polaroid SX 70. Il n'en diffère que par le Sonar qui en augmente la longueur : 227 mm au lieu de 180 mm. L'épaisseur : 43 mm et la largeur 106 mm ne varient pas. Le lecteur très intéressé par la technologie particulière au film SX 70 et des détails très fouillés pourra se reporter avec profit au « Livret-Test » Polaroid SX 70.
2.2. Mise en batterie :
• Tenir l'appareil par ses flancs à plat dans la main gauche.
• Soulever la partie postérieure du viseur et continuer la traction lorsque le viseur s'est déjà partiellement déplié. L'appareil, totalement déplié, s'enclenche alors en position.
• Pour le refermer, pousser vers l'arrière, dans le sens de la flèche, le levier maintenant l'appareil en position ouverte (flanc gauche), puis presser sur la face supérieure jusqu'à enclenchement.
• Quand l'appareil est ouvert, pour effectuer des prises de vues, il faut :
• le placer à plat dans la main gauche, en le maintenant par ses flancs entre le pouce et les quatre autres doigts, en veillant à ne pas placer l'un des doigts sur la face avant, devant la fenêtre de sortie de la photographie,
• du gras de l'index droit presser doucement le Bouton de déclenchement, pour effectuer d'abord la mise au point, tout en plaquant la paume de la main sur le flanc droit (sans appuyer sur le soufflet).

3. Système de visée :

II est absolument identique à celui du Polaroid SX 70, mais le verre de visée est dépourvu de télémètre à champs croisés .
La lumière pénètre dans l'appareil par l'objectif. Le pinceau est replié une première fois par le miroir plan fixe de visée, aluminisé en surface . L'image formée par l'objectif est ainsi renvoyée par celui-ci dans le plan d'un miroir de Fresnel très spécial .

Ce miroir de Fresnel est en fait une structure complexe triple :
— un verre dépoli matérialise l'image réelle projetée par l'objectif (ce qui permettra d'observer la netteté de celle-ci par l'oculaire),
— une couche réfléchissante renvoie le pinceau vers l'oculaire,
— la lentille de Fresnel associée à ce miroir concentre le pinceau de telle sorte que la plus grande partie de la lumière ayant formé l'image dans le plan du verre dépoli, gagne l'oculaire : l'incidence variable des échelons de la lentille de Fresnel permet le guidage vers l'oculaire, aussi bien des rayons frappant le dépoli presque perpendiculairement au centre, que des rayons le frappant avec une incidence certaine dans les angles : de ce fait l'illumination de l'image de visée sera uniforme. Le dépoli joue un deuxième rôle dans la visée : il matérialise pour l'œil le plan de l'espace vu à travers l'oculaire dans lequel l'image fournie par l'objectif doit se former. Il empêche l'œil d'accommoder à une autre distance.
Il faut remarquer que le plan de ce verre dépoli (du miroir de Fresnel) fait un angle d'environ 20% avec l'axe optique (de ce fait l'appareil est incliné vers l'arrière lorsque son axe optique est horizontal) et qu'en conséquence le miroir est incliné à environ 50% par rapport à cet axe optique. Ainsi donc, comme les 2 parties de l'axe optique repliées au niveau du miroir de Fresnel ne sont pas superposées, le centre de la lentille de Fresnel a dû être excentré (l'ensemble du système optique a certainement été calculé par ordinateur!).
Le pinceau lumineux renvoyé et concentré par le miroir de Fresnel est à nouveau replié par réflexion sur la partie supérieure du miroir plan fixe . Il traverse ensuite le diaphragme de champ stigmatique qui délimite la surface d'image qui sera observée par l'oculaire, et qui correspond à l'image projetée par l'objectif sur le miroir de Fresnel . Le miroir concave asphérique renvoie alors ce pinceau vers l'oculaire en le repliant une nouvelle fois, et forme une image réelle aérienne du plan focal, de la taille d'un petit timbre-poste, à mi-chemin entre ce miroir et l'oculaire. Cette image, reprise par l'oculaire qui joue le rôle d'une loupe, apparaît alors à l'observateur, virtuelle et fortement grossie. Afin de replier le pinceau vers le bas, pour que l'opérateur puisse appuyer le menton sur la partie arrière du boîtier dans le but de le maintenir fermement, l'oculaire (une lentille convergente) a dans le plan vertical une section prismatique (il est réalisé en matière plastique).
Quatre réflexions sur 3 miroirs interviennent donc dans la visée. La seule réalisation de l'instrument de mesure permettant le contrôle du miroir asphérique a occupé 2 chercheurs pendant 2 ans ! C'est la première surface optique asphérique employée en grande série dans un appareil photographique !

Bien que des éléments optiques excentrés (miroir de Fresnel et miroir concave asphérique) soient employés dans la visée pour compenser les excentrements de l'axe optique, l'image visée n'est pas carrée comme l'image photographiée. Elle est trapézoïdale, élargie vers le haut d'environ 20 %. Ses bords sub-verticaux sont rectilignes, et les bords horizontaux sont convexes vers le haut. Ceci n'est absolument pas gênant et on s'y habitue d'emblée ; il faut réfléchir pour remarquer la forme anormale de cette image visée (on s'en rend compte surtout en présence de sujets géométriques).
Ce système complexe a permis la réalisation d'un appareil reflex, moyen format 8 x 8 cm pliant... ce qui est une performance !... et petit et léger, car dépourvu de prisme en toit.
Lors de la prise de vue, le miroir de Fresnel est relevé par l'action du moteur électrique (tournant à 12000 tours/minute). Sa face postérieure, aluminisée en surface, renvoie l'image issue de l'objectif sur le film. Dès que l'exposition est effectuée, ce miroir reprend sa place, protégeant ainsi le film des rayons lumineux de l'image nouvellement visée.

4. Objectif :

II est identique à celui du SX 70, soit f/8, de 116 mm de distance focale à 4 lentilles en verre. Cette distance focale est à peine supérieure à la diagonale du format (112,5 mm).

5. Mise au point :

Comme nous l'avons vu au paragraphe 1, celle-ci est effectuée automatiquement par le Sonar lors de la pression sur le Bouton de déclenchement.
Toutefois, il est également possible d'effectuer la mise au point manuellement : il suffit de mettre le Sonar hors circuit en agissant sur la Touche située à sa base, à droite. La molette de mise au point est alors accessible et sa manœuvre entraîne le déplacement de la lentille antérieure de l'objectif. La netteté de l'image doit alors être contrôlée sur le verre dépoli.
Lors de la mise au point, automatique ou manuelle, la lentille antérieure de l'objectif se déplace en tournant. Sa monture porte gravées, en blanc, les distances suivantes : 15, 8, 5, 3,2, 1 1/2, 1, FT (feet = pied). Le repère des graduations est situé à la base de la monture.

6. Obturateur/diaphragme , Cycle de fonctionnement :

Ouvert lors de la visée, il se referme dès la pression sur le Bouton de déclenchement, alors que le miroir de visée se relève.
Il s'ouvre alors et découvre l'objectif et la cellule sensible (au Silicium) et assure, selon la luminosité de l'objectif:
— soit une exposition à f/8 (ouverture maximale), entre 1/70 et 14 s ; si cette pose n'est pas suffisante, un circuit de fuite referme l'obturateur après 20 s environ; concomitante entre 1/70 à f/8 et 1/180 à f/22.
Il se referme une fois la pose effectuée ; le miroir de visée et les volets de protection contre les lumières parasites reprennent leur place ; l'obturateur-diaphragme s'ouvre de nouveau totalement, permettant alors la visée.
Le moteur électrique éjecte alors la photographie après l'avoir fait passer entre les rouleaux qui écrasent la gousse de traitement. Il n'y a plus qu'à poser la photographie et attendre qu'elle se révèle sous vos yeux !

7. Système de mesure :

II est constitué d'une cellule au Silicium alimentée, comme l'ensemble de l'appareil, par la pile Polapulse incorporée à la base du chargeur SX 70. Devant cette cellule est placé un dispositif de filtres gris neutre, étages, de densité variable qui permettent d'assurer des corrections volontaires d'exposition de + 1 1/2 à — 1 1/2 diaphragme en agissant sur la molette placée sur la face avant.
L'ensemble du système de mesure/ obturateur/diaphragme autorise des couplages, à 100 ASA, de l'IL 2 (14 s à f/8) àl'IL 16,5 (1/180 à f/22).

8. Chargement :

Cet appareil n'utilise évidemment que les chargeurs de 10 vues conçus pour les SX 70 comprenant, rappelons-le, une pile d'alimentation incorporée.
Pour le charger, presser l'ergot jaune apparaissant sur le milieu de flanc droit. Le Volet de chargement s'abaisse. Placer le chargeur dans le logement en le tenant par ses flancs et en faisant coïncider les repères de couleur jaune et bleue portés par les chargeurs et par le logement, qui indiquent
le sens de positionnement. Presser le chargeur à fond et refermer le Volet.
Le carton de protection placé sur le chargeur est alors automatiquement éjecté, comme le serait d'ailleurs la première vue d'un chargeur déchargé en cours de prises de vues puis rechargé.
Polaroid SX-70 Sonar One Step ouvert, vu de droite.

9. Décompteur de vues :

• Fenêtre sur la face postérieure du boîtier, à gauche.
• Lorsque l'appareil est vide, cette fenêtre est noire. Après chargement et éjection du carton, le chiffre 10 apparaît ; il correspond à la contenance du chargeur. A chaque prise de vue, une unité est décomptée, le décompteur indique alors le nombre de vues restant à prendre.

10. Déclenchement :

II est effectué par pression sur le Bouton en plastique mou ; placé à droite sur la face antérieure. Ce Bouton de déclenchement extrêmement doux (il rappelle un peu le déclencheur Sensor Agfa) possède une course en deux temps :
• en début de course, il enclenche le Sonar qui effectue la mise au point, et
le posemètre. Si l'exposition nécessite une vitesse inutilisable à la main, un voyant rectangulaire rouge s'illumine alors au tiers inférieur du bord droit de l'image visée.
• En fin de course, il assure le déclenchement.
• Si l'opérateur ne désire pas utiliser de flash en cas de luminosité insuffisante, il lui est possible de fixer l'appareil sur pied (embase petit diamètre à l'arrière de la base).
Une prise pour déclencheur souple électrique est située sur le flanc droit.
Aucune sécurité de déclenchement n'est prévue, mais un déclenchement intempestif est peu probable, compte tenu de la position du Bouton. Il est toutefois recommandé de refermer l'appareil entre deux prises de vues, les circuits électriques étant alors automatiquement déconnectés.
Si l'opérateur désire utiliser un flah, le simple enclenchement du « Flash Bar » commutera automatiquement l'obturateur sur 1/40 de seconde.

11. Prises de vues au flash :

Placer un « Flash Bar », neuf ou entamé, dans l'embase située sur la face supérieure du Sonar. L'obturateur est alors automatiquement connecté sur 1/40 et le diaphragme est couplé à la mise au point. L'automatisme d'exposition fonctionne alors de 25 cm à 6 m, le diaphragme variant alors de f/8 à
f/96.
La mise au point étant assurée automatiquement, le réglage de l'exposition par rapport à la puissance du flash sera toujours parfaitement opéré. Il y a cependant lieu de se méfier dans le cas de sujets étages en profondeur (repas autour d'une table de grandes dimensions par exemple). L'indication de la zone de mesure automatique de la mise au pont fait ici cruellement défaut !... espérons que les modèles de série seront modifiés.
L'électronique du système choisit automatiquement la première lampe neuve à allumer et saute éventuellement une lampe défectueuse. Par ailleurs, si aucune lampe n'est en état, le déclenchement est impossible.

12. Accessoires :

Ceux-ci ne nous ayant pas été communiqués avec l'appareil, nous n'avons pu vérifier l'adaptation de tous ceux destinés au Polaroid SX 70 classique... et ne pouvons que reprendre la description du Test.
Les accessoires sont utilisés par l'intermédiaire de l'Accessory Holder 113 (= Adaptateur d'accessoires). Présenter celui-ci au-dessus de l'objectif, sa patte inférieure s'enclenchant dans l'embase du Flash Bar. L'enfoncer jusqu'en butée, il peut recevoir :
• un Flash Bar dans son embase supérieure, identique à celle de l'appareil (ce système peut servir à surélever le Flash Bar pour réduire l'effet d'oeil rouge possible, mais la surélévation est faible).
• Le Lens Shade 120 (= Parasoleil) qui se glisse tout simplement dedans de haut en bas : il est utile, dès que le soleil devient latéral, et à plus forte raison tend vers le contre-jour : une chicane sur son côté gauche permet à la cellule sensible de jouer normalement son rôle.
• Le Close-up Lens 121 (= Bonnette) de 3,5 dioptries, qui se monte comme le Parasoleil ; on ne peut la monter de façon erronée, les glissières étant asymétriques : l'inscription « Close up 121 » est alors orientée vers l'opérateur : la mise au point du SX 70 s'étend ainsi des rapport x 0,5 à x 1 : l'objectif est alors situé à 12,5 cm de l'objet : effectuer des mises au point très précises et utiliser de préférence pied et déclencheur souple, ainsi qu'un éclairage puissant (ou utiliser le flash) : on peut à la rigueur, grâce à cette Bonnette, reproduire soi-même un cliché; attention : la mise au point automatique est impossible lorsque la bonnette est en place, car le Sonar ne peut prendre en compte des objets situés à moins de 25 cm ; il faut donc opérer en mise au point manuelle.
• II recevra des filtres lorsque ceux-ci seront disponibles; pour l'instant utiliser des filtres de Série 5 ou en Adaptateur de série 5 ; il est aussi très facile de glisser des morceaux de filtres en gélatine de 37 x 37 cm dans ses glissières, ils y sont parfaitement maintenus ; il faut, lors de l'emploi de filtres, corriger l'exposition automatique par le Correcteur volontaire d'exposition (ou placer un morceau de filtre similaire devant la fenêtre de la cellule, ce qui n'est pas très facile...

• Attention : enlever ces accessoires, ainsi que l'Accessory Holder, avant de replier l'appareil.
Les trois accessoires doivent présenter des difficultés d'emploi du fait de la présence du Sonar dont il est préférable de ne pas obturer le champ.
• Etui souple (Carrying Case 114)
Etui souple en cuir semblable aux garnissages de l'appareil, à poignée souple (sans sangle).
• Mallette :
Mallette luxueuse en cuir marron, à poignée souple pouvant être allongée par la sangle accessoire livrée lors de son achat. Volet rabattant latéral à patte de fixation à enclenchement. Logements pour un SX 70 et un chargeur en étui accompagnée d'accessoires (ou deux chargeurs). Sangles élastiques de maintien dans le volet, pour 2 chargeurs en étui et 3 Flash Bar. Livrée avec schéma d'utilisation.
• Album Polaroïd 117 : Non distribué en France.
• Adaptateur pour microscope : Présenté aux actionnaires. Avec guide de lumière pour la cellule. Non encore disponible.
• Compléments optique Télé : Présenté aux actionnaires. Non encore disponible.
• Travaux :
Reproductions et agrandissements 13 x 13 cm seulement actuellement. Aux USA reproductions et agrandissements 12 x 12 et 20 x 20 cm. Grâce aux progrès accomplis avec le système SX 70, ceux-ci ont gagné en qualité par rapport aux travaux antérieurs (ce que nous avons aisément pu vérifier lors de nos essais de définition en photographiant un cheveu à 40 cm).
En même temps que le SX 70 Sonar One-step, qui est en fait le premier appareil reflex mono-objectif au monde à assurer la mise au point automatique, (un fait historique, qui fera date dans l'histoire de la photographie), Polaroid vient d'annoncer la sortie d'un deuxième appareil à mise au point automatique : lePolaroid Sonar Auto Focus 5000.
Il s'agit d'un appareil de la structure des Pronto1000,1500,2000et 3000 dont le prix aux Etats-Unis devrait si situer aux alentours de 100 $ le SX 70 Sonar One Step devant, lui, être vendu aux environs de 250 $ .
L'adaptation du Sonar à la photographie, est encore un grand pas franchi par la firme Polaroid que des idées novatrices placent toujours au premier rang de la technologie dans le domaine de la photographie et maintenant du cinéma : la Polavision, ensemble de prise de vues et de cinéma à développement instantané vient d'être présentée à la presse internationale.
Une étude de François BRUN et Michel de FERRIÈRES
Sous la direction de Gérard BOUHOT


N'ayant pu retrouver les auteurs de cette étude, et donc n'ayant pas leur consentement pour cette publication, je m'engage à modifier celle-ci à leur demande ou à celle de leurs ayants-droits.


Liens extérieurs Ajouter un lien extérieur en rapport avec ce modèle d'appareil Nouvelle fenêtre
Pour éviter les spams, vous devez être inscrit au forum






Photos de boîtes de ce modèle : Ajouter une photo Nouvelle fenêtre


Anciennes publicités au sujet de ce modèle : Ajouter publicité Nouvelle fenêtre


Vidéo pour ce modèle (me contacter pour un ajout éventuel)

Noel 1980




En savoir plus
Vos photos prises avec le même appareil Nouvelle fenêtre

Avis d'utilisateurs Nouvelle fenêtre

Relevés de prix d'achats Nouvelle fenêtre

Test Phot'Argus Nouvelle fenêtre

Présence dans les catalogues de distributeurs Nouvelle fenêtre

Appareils de la marque Nouvelle fenêtre

Accessoires de la marque Nouvelle fenêtre

Objectifs de la marque Nouvelle fenêtre

Notices de la marque Nouvelle fenêtre

Les messages du forum au sujet de la marque Nouvelle fenêtre



Si Ebay ne trouve pas de correspondance, il vous affichera une liste aléatoire d'objets. Si le nombre de résultats est faible, alors, il complète automatiquement l'affichage. Les voies d'Ebay sont (parfois) impénétrables.


Nouveaux objets Polaroid sur EBAY FRANCE France

Nouveaux objets Polaroid sur EBAY ROYAUME-UNI UK
Nouveaux objets Polaroid sur EBAY ALLEMAGNE Allemagne
Nouveaux objets Polaroid sur EBAY ETATS-UNIS USA